Impulsivité et traumatismes physiques à l’adolescence

Détails

Ressource 1Télécharger: Mémoire no 5717 M. Assuelli .pdf (356.26 [Ko])
Etat: Public
Version: Après imprimatur
Licence: Non spécifiée
ID Serval
serval:BIB_644EF8A93331
Type
Mémoire
Sous-type
(Mémoire de) maîtrise (master)
Collection
Publications
Institution
Titre
Impulsivité et traumatismes physiques à l’adolescence
Auteur(s)
ASSUELLI M.
Directeur(s)
STEPHAN P.
Codirecteur(s)
URBEN S.
Détails de l'institution
Université de Lausanne, Faculté de biologie et médecine
Statut éditorial
Acceptée
Date de publication
2018
Langue
français
Nombre de pages
29
Résumé
Introduction : Les accidents chez les adolescents sont un problème de santé publique.
Il est donc essentiel de comprendre les facteurs de risque afin de développer des
interventions ciblées. L’impulsivité, les troubles du comportement ou les
consommations d’alcool et de drogues sont des exemples de facteurs prédisposants
aux accidents.
Objectifs : L’objectif principal de cette recherche est de se focaliser sur l’impulsivité. Et
secondairement de la mettre en lien avec d’autres facteurs de risque comme les
psychopathologies et les consommations d’alcool et de drogues.
Méthodologie : Pour cette étude nous avons recruté 10 jeunes garçons de 14 à 18 ans
avec une fracture due à un accident. Nous avons mesuré les dimensions de
l’impulsivité avec le questionnaire « UPPS Impulsive Behavior Scale » et la tâche
informatisé « stop signal ». Les psychopathologies étaient testées par le questionnaire
« Strengths and Difficulties Questionnaire » (SDQ) et les consommations de
substances par « la Grille de dépistage de la consommation problématique d’alcool et
de drogues chez les adolescents et les adolescentes » (DEP-ADO). Ces données
étaient ensuite comparées à des groupes de référence trouvés dans la littérature.
Résultats : Dans cet échantillon restreint, nous n’avons trouvé aucune différence
d’impulsivité entre les adolescents accidentés et les groupes de référence, de même
pour les consommations et les psychopathologies – la seule classe qui semble
légèrement élevée est la sous-dimension de l’hyperactivité.
Conclusion : L’impulsivité ne semble pas être un facteur de risque prédisposant aux
accidents. Toutefois, nous ne confirmons pas non plus les facteurs de risque retrouvés
dans de précédentes études. De futures études avec des échantillons plus importants
doivent être menées pour infirmer ou confirmer ces résultats concernant l’impulsivité.
Il reste néanmoins important de rechercher les facteurs de risque et les comorbidités
en présence d’un traumatisme physique et de conseiller au mieux si nécessaire.
Mots-clé
Adolescent, Impulsivité, Accident, Consommation de substance, Psychopathologie
Création de la notice
02/09/2019 15:23
Dernière modification de la notice
08/09/2020 7:09
Données d'usage