Thérapie brève et intensive de la mémoire de travail chez des patients cérébro-lésés

Détails

Ressource 1Télécharger: Mémoire no 5558 Mme Pochon.pdf (984.66 [Ko])
Etat: Public
Version: Après imprimatur
Licence: Non spécifiée
ID Serval
serval:BIB_4D5E06ACE3A3
Type
Mémoire
Sous-type
(Mémoire de) maîtrise (master)
Collection
Publications
Institution
Titre
Thérapie brève et intensive de la mémoire de travail chez des patients cérébro-lésés
Auteur(s)
POCHON M.
Directeur(s)
CLARKE S.
Codirecteur(s)
CROTTAZ-HERBETTE S.
Détails de l'institution
Université de Lausanne, Faculté de biologie et médecine
Statut éditorial
Acceptée
Date de publication
2018
Langue
français
Nombre de pages
37
Résumé
Les atteintes de la mémoire de travail sont fréquemment observées chez les patients ayant subi un accident vasculaire cérébral et représentent un défi majeur en termes de réhabilitation cognitive. La mémoire de travail est le système qui permet le maintien et la manipulation temporaire et simultanée d’informations nouvelles ou stockées. Seules quelques interventions thérapeutiques ont été développées à ce jour afin de la rééduquer lorsqu’elle se retrouve lésée, dont l’efficacité est encore à ce jour peu démontrée. On observe alors un écart important entre la recherche sur le sujet et la clinique qui, quant à elle, fait souvent état d’une amélioration des déficits chez les patients cérébro-lésés. Des études randomisées contrôlées sur l’efficacité des interventions thérapeutiques peinent à montrer des résultats interprétables à l’échelle de la population et les mécanismes sous-jacents restent encore peu compris. Afin de combler cet écart entre la recherche et la clinique, il est nécessaire de gagner une meilleure compréhension de ces mécanismes et de définir plus précisément les indications à un traitement spécifique afin que des études randomisées contrôlées plus spécifiques au sujet puissent voir le jour. Notre projet a donc pour but de mettre en évidence les mécanismes propres à la réhabilitation de la mémoire de travail chez des patients cérébro-lésés.
D’importants progrès au sein de la recherche théorique sur la mémoire de travail ont été réalisés. Cependant, seules quelques interventions thérapeutiques ont été développées et les mécanismes par lesquels elles s’avèrent efficaces restent encore largement incompris. Le programme de thérapie s’inspire de celui de Duval et al (2008), base lui-même sur le célèbre modèle de Baddeley. Cette thérapie a pour but de réduire la charge mentale exercée sur l’administrateur central en ayant recours à de nouvelles stratégies qui permettent une utilisation plus efficace de la boucle phonologique. Cette étude a donc pour but de prouver l’efficacité de ce programme et d’en comprendre les mécanismes sous-jacents. De plus, bien qu’il ne soit pas prouvé à ce jour que la mémoire de travail décline avec l’âge, l’efficacité d’une telle thérapie au sein d’une population âgée telle que l’est typiquement celle des patients ayant subi un accident vasculaire cérébral reste à définir.
Pour satisfaire à cette question de recherche, différentes tâches permettant l’évaluation neuropsychologique de la mémoire de travail et de sa capacité de mise à jour ont été administrées à un groupe de patients cérébro-lésés et de sujets sains. Plus précisément, nous avons recours pour ce faire à une tâche appelée n-back, présentée aux sujets sous différentes modalités. Lors de la tâche n-back, des stimuli successifs tels que des lettres ou des symboles sont présentés à un sujet qui doit pouvoir citer le simuli présenté n positions auparavant à n’importe quel moment. L’information doit donc constamment être remise à jour.
Les patients ont également été soumis à des tâches contrôles afin d’évaluer la spécificité de la thérapie pour la mémoire de travail. Alors que les sujets contrôles sont évalués de manière passive, sans participer à la thérapie, les patients sont soumis à un programme de rééducation de la mémoire de travail sous un format bref et intensif avant d’être à nouveau évalués. Une dernière évaluation a eu ensuite lieu 3 mois après la thérapie afin d’évaluer le bénéfice de celle-ci au cours du temps. Les résultats de ces différents tests ont ensuite été analysés dans le but de comparer les patients aux sujets sains et de quantifier les changements de performances à l’issue de la thérapie et trois mois après celle-ci. Conformément à nos attentes, nous observons une amélioration des performances des patients et un maintien au cours du temps de celles-ci. Cependant, toutes nos analyses ne permettent pas d’observer un tel comportement, ce qui peut être expliqué par différentes interprétations que nous décrirons plus précisément dans ce travail. Nos résultats permettent donc d’améliorer la compréhension de la rééducation de la mémoire de travail tout en suggérant de nouvelles perspectives à cette question de recherche.
Mots-clé
Rééducation neuropsychologique, Mémoire de travail, Cérébrolésé, Accident vasculaire cérébral
Création de la notice
03/09/2019 8:27
Dernière modification de la notice
08/09/2020 6:08
Données d'usage