Difficulties associated with out-patient management of drug abusers by general practitioners. A cross sectional survey of general practitioners with and without methadone patients in Switzerland

Détails

Ressource 1Télécharger: BIB_42388.P001.pdf (506.46 [Ko])
Etat: Public
Version: Après imprimatur
ID Serval
serval:BIB_42388
Type
Thèse: thèse de doctorat.
Collection
Publications
Institution
Titre
Difficulties associated with out-patient management of drug abusers by general practitioners. A cross sectional survey of general practitioners with and without methadone patients in Switzerland
Auteur(s)
Pelet A.
Directeur(s)
Pécoud A.R.
Détails de l'institution
Université de Lausanne, Faculté de biologie et médecine
Statut éditorial
Acceptée
Date de publication
2006
Langue
anglais
Nombre de pages
7
Notes
REROID: R004274811; Old school value: Université de Lausanne
Résumé
Résumé de l'article
Contexte : En Suisse, les médecins de premier recours traitent la plupart des patients dépendants aux opiacés méthadone en tant que traitement de substitution.
Méthode : Nous avons étudié les difficultés rencontrées dans la prise en charge des patients toxicodépendants en envoyant par poste un questionnaire d'enquête. Nous avons envoyé ce questionnaire à tous les médecins de premier recours de Suisse Romande prescrivant de la méthadone (556 médecins). Nous avons envoyé un autre questionnaire, plus court, à des médecins de premier recours du Canton de Vaud qui ne prescrivent pas de méthadone.
Résultats : le taux de réponse global est de 63,3 %. La plus haute dose de méthadone donnée par les médecins de premier recours est de 120,4 mg/j (moyenne). Questionnés au sujet de l'aide qu'ils désireraient recevoir face à ces patients, les médecins de premier recours avec patients substitués par méthadone ont mentionné premièrement l'importance d'un meilleur remboursement des services prodigués. Les autres éléments demandés ont été une meilleure formation, de meilleures connaissances des pathologies psychiatriques et des groupes de discussion de cas cliniques. Les médecins sans patients sous méthadone refusent de traiter ces patients surtout pour des raisons émotionnelles et relationnelles.
En conclusion : les médecins acceptant des patients sous méthadone rencontrent des difficultés relationnelles et émotionnelles. Ils désirent un meilleur remboursement pour les services prodigués.
Création de la notice
19/11/2007 13:38
Dernière modification de la notice
20/08/2019 14:44
Données d'usage