Development of neuropathic pain in the rat spared nerve injury model is not prevented by a peripheral nerve block

Détails

Ressource 1 Sous embargo indéterminé.
Etat: Public
Version: Après imprimatur
Licence: Non spécifiée
ID Serval
serval:BIB_3494B3C1484F
Type
Thèse: thèse de doctorat.
Collection
Publications
Institution
Titre
Development of neuropathic pain in the rat spared nerve injury model is not prevented by a peripheral nerve block
Auteur(s)
Suter Marc R
Directeur(s)
Décosterd  Isabelle
Détails de l'institution
Université de Lausanne, Faculté de biologie et médecine
Statut éditorial
Acceptée
Date de publication
2004
Langue
anglais
Nombre de pages
9
Résumé
Une atteinte d'un nerf périphérique peut être à l'origine de douleurs sévères et rebelles. Plusieurs modèles animaux sont utilisés pour investiguer cette pathologie dont celui de lésion partielle du nerf sciatique (SNI) chez le rat. Il consiste en la section des nerfs tibial et péronier commun laissant intact la troisième branche du nerf sciatique, le nerf sural. Dans les jours qui suivent cette chirurgie, et durant des mois, une hypersensibilité douloureuse dans le territoire cutané du nerf sural resté intact est observée et peut être quantifiée à l'aide de tests comportementaux. Les mécanismes responsables de l'initiation et de la persistance de ces symptômes restent peu clairs. Les décharges électriques observées lors de la section d'un nerf ainsi que l'activité électrique spontanée (décharges ectopiques) présente après une lésion pourraient être à l'origine du développement de cette hypersensibilité. Ce surcroît d'activité est suggéré comme une cause possible de la sensibilisation centrale au niveau de la moelle épinière. Pour évaluer le rôle des décharges ectopiques dans la pathogenèse des douleurs neuropathiques dans le modèle SNI, nous avons utilisé des anesthésiques locaux pour bloquer la conduction de l'activité électrique le long du nerf sciatique de manière préventive. Des microsphères contenant de la bupivacaïne qui est progressivement relarguée ont été séquestrées dans un tube de silicone placé autour du nerf sciatique. Nous avons obtenu un bloc de conduction efficace, ceci dans les heures qui précédent la lésion SNI, et qui persistera pendant plus d'une semaine. Nous avons comparé le développement de l'hypersensibilité douloureuse entre des animaux traités et des animaux ayant subi la même opération mais sans l'adjonction de bupivacaïne. Pendant les 4 semaines suivant la lésion, la réponse des animaux à des stimulations non-nociceptives (mécaniques et au froid) et nociceptives (mécaniques et au chaud) a été testée.
Nous avons obtenu un excellent bloc de conduction avec une absence complète de réponse sensorielle et motrice pendant 6 à 10 jours. Une fois le bloc levé, l'hypersensibilité mesurée dans le territoire du nerf sural était identique dans les 2 groupes (traité et contrôle) pour toutes les modalités testées.
Nous pouvons conclure suite à cette expérience qu'un bloc nerveux périphérique n'a pas d'effet détectable sur le développement de l'hypersensibilité dans le modèle de lésion partielle du nerf sciatique. Il est improbable que les décharges survenant au moment de la lésion ou les décharges ectopiques précoces distales contribuent de manière significative à l'apparition des réactions douloureuses neuropatiques évoquées par la stimulation. Les décharges proximales au bloc de conduction, celles qui apparaissent une fois le bloc de conduction levé, des changements de transcription ne dépendant pas de l'activité électrique, des interactions neurogliales ou une altération des signaux des voies descendantes sont autant d'autres mécanismes potentiels qui pourraient être à la base du développement de douleurs neuropatiques dans ce modèle.
Abstract:
Background: The mechanisms responsible for initiation of persistent neuropathic pain after peripheral nerve injury are unclear. One hypothesis is that injury discharge and early cc- topic discharges in injured nerves produce activity-dependent irreversible changes in the central nervous system. The aim of this study was to determine whether blockade of peripheral discharge by blocking nerve conduction before and 1 week after nerve injury could prevent the development and persistence of neuropathic pain—like behavior in the spared nerve injury model.
Methods: Bupivacaine-loaded biodegradable microspheres embedded in fibrin glue were placed in a silicone tube around the sciatic nerve to produce a conduction block. After sensory— motor testing of block efficacy, a spared nerve injury procedure was performed. Development of neuropathic pain behavior was assessed for 4 weeks by withdrawal responses to stimula¬tion (i.e. , von Frey filaments, acetone, pinprick, radiant heat) in bupivacaine microspheres—treated animals (n = 12) and in con¬trols (n = 11).
Results: Bupivacaine microspheres treatment produced con¬duction blockade with a complete lack of sensory responsive¬ness in the sural territory for 6 to 10 days. Once the block wore off, the degree of hypersensitivity to stimuli was similar in both groups.
Conclusions: Peripheral long-term nerve blockade has no de¬tectable effect on the development of allodynia or hyperalgesia in the spared nerve injury model. It is unlikely that injury discharge at the time of nerve damage or the early onset of ectopic discharges arising from the injury site contributes significantly to the persistence of stimulus-evoked neuropathic pain in this model.
Création de la notice
14/05/2014 20:54
Dernière modification de la notice
02/04/2021 6:35
Données d'usage