Hépatite B et migrants : Doit-on mieux faire ?

Détails

Ressource 1Télécharger: BIB_33DDE72BFD21.P001.pdf (177.36 [Ko])
Etat: Public
Version: Après imprimatur
ID Serval
serval:BIB_33DDE72BFD21
Type
Mémoire
Sous-type
(Mémoire de) maîtrise (master)
Collection
Publications
Institution
Titre
Hépatite B et migrants : Doit-on mieux faire ?
Auteur(s)
Jaboyedoff M.
Directeur(s)
Genton B.
Codirecteur(s)
De Vallière S.
Détails de l'institution
Université de Lausanne, Faculté de biologie et médecine
Statut éditorial
Acceptée
Date de publication
2012
Langue
français
Nombre de pages
19
Résumé
L'hépatite B chronique touche plus de 5% de la population mondiale. Les migrants, et en particulier les requérants d'asile font partie d'une population à risque d'être infectée puisque la plupart viennent de pays à moyenne ou haute endémicité. Pourtant, en Suisse, aucun dépistage de cette infection chronique ne leur est proposé systématiquement. Dans une résolution émise en 2010, l'OMS appelle à promouvoir la vaccination, mais aussi le dépistage des individus à risque, ainsi que la prise en charge des individus infectés. Sur la base d'une enquête bidirectionnelle chez des requérants d'asile du canton de Vaud, le taux de positivité pour les Ac anti-HBc est estimé à 42% et celui des AgHBs à 8%. Les stratégies de dépistage et de prise en charge possibles sont discutées à la lumière de ces données. L'identification des migrants infectés permettrait leur prise en charge, diminuant les complications, ainsi que la transmission du virus entre migrants et à la population locale.
Mots-clé
Migrants, requérants d'asile, hépatite B, dépistage
Création de la notice
10/09/2013 11:55
Dernière modification de la notice
20/08/2019 14:20
Données d'usage