ALCOHOL HARM-REDUCTION APPROACHES ACROSS DIFFERENT POPULATIONS

Détails

Ressource 1Télécharger: BIB_318AC1283EE9.P001.pdf (3247.70 [Ko])
Etat: Public
Version: Après imprimatur
ID Serval
serval:BIB_318AC1283EE9
Type
Thèse: thèse de doctorat.
Collection
Publications
Institution
Titre
ALCOHOL HARM-REDUCTION APPROACHES ACROSS DIFFERENT POPULATIONS
Auteur(s)
GRAZIOLI V. S.
Directeur(s)
Daeppen J.
Codirecteur(s)
Larimer M., Collins S.
Détails de l'institution
Université de Lausanne, Faculté de biologie et médecine
Adresse
Faculté de biologie et de médecine Université de Lausanne CH-1015 Lausanne SUISSE
Statut éditorial
Acceptée
Date de publication
2016
Langue
anglais
Résumé
Context. Certain populations, such as socially marginalized individuals and late adolescents (i.e., aged 17-19), are more prone than others to experience severe alcohol- related harm. However, these populations are often not interested in attaining alcohol abstinence or reducing alcohol consumption to moderate levels. Thus, their needs are not met within traditional primarily abstinence-based service options. In response, harm- reduction approaches have begun to be applied with these populations. The overall aim of this thesis was to contribute to the research on alcohol-related harm reduction in these populations by conducting 5 distinct studies. The two first studies were conducted with chronically homeless individuals with alcohol problems in the US: Study 1 examined their perceptions of twelve-step mutual-help groups (TMGs) and their association with treatment attendance, motivation and alcohol outcomes, whereas study 2 examined this population's use of safer-drinking strategies. Study 3 evaluated substance-use and related problems following exposure to a harm-reduction drop-in center that allows alcohol consumption onsite among socially marginalized alcohol and other drug (AOD) users in Switzerland. Studies 4 and 5 were conducted among US and Swedish high school seniors and prospectively tested a) the moderating effect of drinking intentions on the association between use of protective behavioral strategies (PBS) and alcohol outcomes, and b) the moderating effect of PBS use on the link between alcohol expectancies and alcohol outcomes.
Findings. Study 1 found that most chronically homeless individuals with alcohol problems endorsed negative perceptions of TMGs, which were in turn associated with less treatment attendance. Study 2 found that chronically homeless individuals with alcohol dependence were interested in drinking safer and were able to commit to using safer-drinking strategies. Study 3 showed that exposure to a harm-reduction drop-in center that allows alcohol consumption onsite was followed by significant decrease in alcohol use and related problems among socially marginalized AOD users in Switzerland, with greater attendance being related to additional improvement in mental health-related quality of life (QoL) and decrease in drug-related problem severity. Finally, studies 4 and 5 showed that use of PBS was related to future decreases in alcohol use and related consequences among US and Swedish high school seniors. Findings also showed significant interactions between drinking intentions and PBS use (study 4), and between alcohol expectancies and PBS use (study 5).
Conclusion. Taken together, findings confirmed that socially marginalized individuals and high school seniors show low interest in traditional approaches aiming abstinence or use reduction. Findings documented, however, that these distinct populations embrace alcohol harm-reduction approaches and that these approaches appear to be related to decreases in alcohol-related harm. Taken together, these findings suggest that alcohol harm-reduction approaches are promising ways to decrease alcohol- related harm across different populations and different cultures (i.e., US, Sweden, Switzerland).
--
Contexte. Malgré leurs besoins importants en matière de traitement alcoologique, les personnes socialement marginalisées sont souvent sous-traitées par les traitements visant l'abstinence ou la consommation modérée. Similairement, les approches préventives promouvant l'abstinence ne suscitent généralement que peu d'intérêts et d'effets positifs au sein des jeunes (gymnasiens par exemple), qui sont pourtant connus pour leur usage d'alcool à risque. En réponse, les interventions ciblant ces populations intègrent de plus en plus des principes de réduction des risques et des méfaits. L'objectif général de ce travail de thèse était de contribuer à la recherche dans ce domaine en réalisant 5 études distinctes. Les deux premières études ont été conduites au sein de personnes sans-abris chroniques présentant un problème d'alcool aux États-Unis: L'étude 1 a examiné leurs perceptions des groupes d'entraide mutuelle en douze étapes (GEMs), et l'association entre ces perceptions et la fréquentation des traitements, la motivation et l'usage d'alcool. L'étude 2 a examiné l'usage des stratégies de consommation plus sûre au sein de cette population. L'étude 3 a évalué l'évolution de l'usage de substances et des problèmes associés après l'exposition à un espace d'accueil de jour tolérant la consommation d'alcool au sein de personnes socialement marginalisées en Suisse. Enfin, les études 4 et 5 ont été conduites parmi des gymnasiens aux États-Unis et en Suède et ont testé prospectivement a) l'effet modérateur des intentions de consommer sur le lien entre l'utilisation de stratégies de protection comportementales (SPCs) et l'usage d'alcool, et b) l'effet modérateur de l'usage de SPCs sur le lien entre les attentes liées à l'usage d'alcool et la consommation d'alcool.
Résultats. L'étude 1 a montré que la plupart des participants avaient des perceptions négatives des GEMs et que ces perceptions étaient associées négativement à la fréquentation des traitements. L'étude 2 a montré que les participants étaient intéressés à réduire les risques liés à leur usage d'alcool et qu'ils pouvaient s'engager à utiliser des stratégies de consommation plus sûre. L'étude 3 a montré que les participants ont diminué leur usage d'alcool et les problèmes associés au cours de l'évaluation et que chaque mois supplémentaire passé au sein de l'espace d'accueil était associé à une diminution supplémentaire de la sévérité des problèmes liés aux drogues et à une amélioration de la qualité de vie liée à la santé mentale. Les études 4 et 5 ont indiqué que l'usage de SPCs était prospectivement associé à une diminution de la consommation d'alcool et des conséquences associées. Les résultats ont également montré des interactions significatives entre l'usage des SPCs et a) les intentions de consommer (étude 4), et b) les attentes liées à l'alcool (étude 5).
Conclusion. Globalement, les études comprises dans ce travail de thèse confirment que les approches visant l'abstinence et la consommation modérée ne suscitent que peu d'intérêt au sein des personnes socialement marginalisées et des gymnasiens. Notre travail indique toutefois que ces populations acceptent les approches visant la réduction des risques et des méfaits et que celles-ci semblent être associées à une diminution des méfaits liés à l'usage d'alcool. De manière générale, ces résultats suggèrent que ces approches sont prometteuses au sein de différentes populations issues de cultures diverses (États-Unis, Suède, Suisse).
Création de la notice
18/08/2016 11:33
Dernière modification de la notice
20/08/2019 13:16
Données d'usage