I ROMANZI ARTURIANI IN ITALIA. Tradizioni narrative, strategie delle immagini, geografia artistica

Détails

Demande d'une copie
ID Serval
serval:BIB_2D4DE628D63F
Type
Thèse: thèse de doctorat.
Collection
Publications
Institution
Titre
I ROMANZI ARTURIANI IN ITALIA. Tradizioni narrative, strategie delle immagini, geografia artistica
Auteur(s)
Molteni llaria
Directeur(s)
Romano Serena
Détails de l'institution
Université de Lausanne, Faculté des lettres
Adresse
Faculté des lettres
Université de Lausanne
CH-1015 Lausanne

Statut éditorial
Acceptée
Date de publication
2017
Langue
italien
Résumé
Cette thèse étudie les dynamiques de réception, de copie et de décoration de manuscrits de romans arthuriens en Italie entre le XlIIème et le XlVème siècle.
Le phénomène de la diffusion du mythe arthurien est central dans le discours culturel et identitaire de toutes les régions de la Romania médiévale et en Italie, où il acquière des dimensions particulièrement vaste. La production de manuscrits dans la péninsule est attestée à partir d'une date très précoce (1240) et dans plusieurs centres. Elle concerne différentes catégories de public et donne lieu à des nombreuses interprétations littéraires et figuratives.
Les manuscrits arthuriens d'origine italienne forment un corpus de plusieurs dizaines de témoins. Ils ont été l'objet d'une longue tradition d'études qui, à peu d'exceptions près, a toujours été caractérisée par une nette séparation des domaines de recherche. Dans la tradition d'études de philologie romane et d'histoire littéraire, des approches pointues, focalisées sur la tradition de romans spécifiques ou sur la production dans des centres précis, ont été privilégiées. Pour ce qui est de la recherche dans le domaine de l'histoire de l'art et de l'histoire de l'enluminure on remarque que les manuscrits ont reçu une attention inégale : alors que les codex de luxe du Trecento ont été l'objet d'études monographiques approfondies, d'autres secteurs de la tradition ont été presque complètement négligés par les chercheurs.
L'objectif de cette thèse était de fournir une étude d'ensemble de la tradition italienne en dépassant cette séparation d'approches de recherche. Dans ce but, a été élaboré une nouvelle méthode qui, fondée sur une pluralité d'axes de recherche, permet de décrire et d'analyser le phénomène dans sa complexité. L'interdisciplinarité de l'approche se reflète dans la structure de cette thèse, constituée de trois grandes sections inter-reliées et consacrées respectivement à l'analyse de la tradition textuelle et manuscrite, à celle des typologies narratives et à l'étude du rapport entre le récit du texte et celui des images. La première partie, de nature plus anthologique, décrit la physionomie des matériaux arthuriens d'origine italienne - caractérisés par la nature fragmentaire des manuscrits et par un grand index d'élaboration et d'innovation des textes - et retrace l'histoire et la géographie de la tradition manuscrite. Ce panorama est dominé par trois grandes réalités historico-géographiques et culturelles : dans la phase la plus ancienne de la tradition, correspondant à la deuxième moitié du XlIIème siècle, la diffusion de la matière arthurienne est solidement attestée dans les régions dominées par les grandes républiques marines de Pise, Gênes et Venise. Ensuite, dans les décennies situées entre Duecento et Trecento, c'est sur cette base qui s'implante la production d'un groupe de manuscrits qu'on appelle pisano-génois. Au cours du Trecento, finalement, des nouveaux lecteurs occupent le devant de la scène : les Angevins en Italie du Sud et les familles seigneuriales au Nord.
Sur ces résultats se fonde le noyau central de la thèse, dédié à l'étude de la tradition d'illustration des romans arthuriens. La donnée de fond sur laquelle s'organise le discours est que l'existence de ces trois réalités a eu des retombées évidentes sur les pratiques décoratives. Dans les manuscrits copiés en Toscane et en Ligurie pendant la deuxième moitié du XlIIème siècle on privilégie une mise en page où la décoration se concentre à l'intérieur des colonnes de texte. Il s'agit de systèmes décoratifs au potentiel narratif très faible, mais qui offrent en revanche la possibilité de hiérarchiser la narration textuelle, de créer une scansion en chapitres et paragraphes. La fonction para-textuelle de la décoration reste un élément central dans toute la tradition suivante, à commencer de la production de l'atelier pisano-génois, où elle devient toutefois plus précise et systématique. Ces manuscrits sont caractérisés par une nouvelle mise en page qui, en émancipant les images du texte, permet de créer une véritable narration imagée, virtuellement continue. Cette narration imagée diffère d'un manuscrit à l'autre. Pourtant, certaines scènes, comme les duels, les conversations et les tournois, sont représentées à travers des formules iconographiques fixes et immédiatement reconnaissables. L'adoption d'un noyau de formules récurrentes dépend de la typologie de ces images et de leur importance vis-à-vis des structures narratives. Au XlVème siècle, la mise en page qui caractérise cette famille se retrouve dans les grandes commandes monarchiques et seigneuriales. Dans ces codex on reprend le système de formules fixes des manuscrits pisano-génois ; toutefois ce système est manipulé dans le but de mettre en scène des lectures orientées des romans arthuriens, visant à mettre en images les discours de légitimation et d'autoreprésentation propres à ces classes dirigeantes. Or, ces discours émergent uniquement à condition de mettre en rapport les cycles d'enluminures avec les contenus textuels et les structures narratives des romans.
À cette analyse est dédiée la dernière partie de cette étude, dans laquelle cette nouvelle ligne interprétative est appliquée à deux études de cas, constitués par les manuscrits milanais Paris, BnF, n.a.f. 5243 et fr. 343. En conjuguant l'étude de la narration textuelle, des structures narratives et des caractéristiques des cycles d'enluminures il a été possible de décrire les stratégies discursives confiées aux images dans le but de donner des lectures idéologiquement orientées des romans arthuriens.

Création de la notice
08/02/2018 10:57
Dernière modification de la notice
30/10/2020 8:52
Données d'usage