Immunothérapie des cancers de la vessie dans des modèles murins: vaccination et administration locale d'immunostimulants : P117

Détails

ID Serval
serval:BIB_28080B0C758B
Type
Actes de conférence (partie): contribution originale à la littérature scientifique, publiée à l'occasion de conférences scientifiques, dans un ouvrage de compte-rendu (proceedings), ou dans l'édition spéciale d'un journal reconnu (conference proceedings).
Sous-type
Poster: résume de manière illustrée et sur une page unique les résultats d'un projet de recherche. Les résumés de poster doivent être entrés sous "Abstract" et non "Poster".
Collection
Publications
Institution
Titre
Immunothérapie des cancers de la vessie dans des modèles murins: vaccination et administration locale d'immunostimulants : P117
Titre de la conférence
65e Assemblée Annuelle de la Société Suisse d'Urologie
Auteur(s)
Domingos-Pereira S., Decrausaz L., Bobst M., Jichlinski P., Nardelli-Haefliger D.
Adresse
Lausanne, Suisse, 3-5 septembre 2009
Statut éditorial
Publié
Date de publication
2009
Langue
français
Notes
Introduction: La vaccination avec des antigènes associés aux tumeurs (TAA) permet d'induire des réponses immunitaires capables de faire régresser des tumeurs sous-cutanées de souris. Cependant, ces stratégies donnent des résultats limités lorsqu'elles sont appliquées à des patients. En effet, les réponses anti-tumorales doivent non seulement être ciblées à l'endroit où la tumeur réside, mais elles doivent y rester efficaces malgré un environnement tumoral immunosuppressif.
Méthodes: Nous avons développé une stratégie qui consiste en une vaccination avec des TAA, suivie d'immunostimulants appliqués sur la muqueuse, où réside la tumeur. Nos études d'immunothérapie du cancer du col utérin ont montré que cette stratégie pouvait augmenter de 5-10 fois le nombre de cellules T CD8 spécifiques aux TAA dans la muqueuse cervico-vaginale et ainsi faire régresser des tumeurs intravaginales chez la souris.
Résultats: Dans le but d'appliquer une stratégie similaire pour traiter des tumeurs non-musculoinvasives de la vessie, nous avons investigué: 1. les routes de vaccinations capables d'induire des cellules T CD8 spécifiques aux TAA dans la vessie 2. l'effet d'immunostimulants intravésicaux sur la réponse T CD8 spécifique aux TAA locale et 3. l'effet anti-tumoral dans des modèles murins orthotopiques. Nos résultats préliminaires montrent que des CD8 spécifiques sont induits dans la vessie après vaccination sous-cutanée avec un antigène modèle et que cette réponse est augmentée par l'application intravésicale de CpG, un agoniste de Toll-like receptor (TLR) 9. Des comparaisons avec des vaccinations intranasales, intravaginales et intravésicales, et l'effet d'autres immunostimulants seront montrées. En parallèle, des cellules tumorales co-exprimant l'antigène modèle et la luciférase ont permis d'établir un modèle orthotopique de tumeurs de vessie afin d'étudier la régression tumorale après vaccination.
Conclusions: Nos études chez la souris devraient permettre d'établir quelle est la route de vaccination la plus efficace pour induire des réponses immunitaires dans la vessie. Nous anticipons que divers agonistes de TLR y compris des bactéries comme Salmonella et BCG pourraient être capables d'attirer/activer dans la vessie les cellules T CD8 spécifiques induites par la vaccination. Sachant que le BCG intravésical est utilisé en routine pour réduire la progression des tumeurs non-invasives de la vessie, la combinaison avec une vaccination pourrait être rapidement envisagée.
Création de la notice
22/09/2009 10:00
Dernière modification de la notice
20/08/2019 14:07
Données d'usage