Cartographie des fréquences dominantes dans la fibrillation atriale persistante

Détails

Ressource 1Télécharger: Mémoire no 4160 M. Pithon.pdf (1495.71 [Ko])
Etat: Public
Version: Après imprimatur
Licence: Non spécifiée
ID Serval
serval:BIB_158BA1C058AD
Type
Mémoire
Sous-type
(Mémoire de) maîtrise (master)
Collection
Publications
Institution
Titre
Cartographie des fréquences dominantes dans la fibrillation atriale persistante
Auteur⸱e⸱s
PITHON A.
Directeur⸱rice⸱s
PRUVOT E.
Détails de l'institution
Université de Lausanne, Faculté de biologie et médecine
Statut éditorial
Acceptée
Date de publication
2017
Langue
français
Nombre de pages
30
Résumé
1. Introduction 1.1 Définition
La fibrillation auriculaire (FA) est un trouble du rythme supraventriculaire caractérisé par des contractions rapides et irrégulières des oreillettes. Cette arythmie mène à une perte de leur activité mécanique contractile. A l’ECG, les ondes P disparaissent et sont remplacées par des ondes oscillatoires de FA dites ondes f. Les ondes f oscillent rapidement, de manière irrégulière et à des amplitudes variables. La fréquence de dépolarisation des oreillettes en FA se situe ainsi entre 300 et 600 bpm.
1.2 Epidémiologie
La FA est l’arythmie chronique la plus fréquente et touche aujourd’hui près de 2% de la population. En Suisse, la FA touche environ 100’000 personnes. La prévalence de la FA augmente de manière exponentielle avec l’âge, passant de 0.5% à 40-50 ans à près de 10- 15% à 80 ans. La FA peut demeurer longtemps silencieuse et asymptomatique. De nombreux patients avec une FA ne seront jamais hospitalisés ; elle tend donc à être sous- diagnostiquée et sa prévalence est ainsi sous-estimée. Les hommes sont plus souvent affectés que les femmes. Le risque de développer une FA au cours de la vie s’élève à 25% pour ceux qui ont atteint l’âge de 40 ans, indépendamment du sexe (1). La FA est le type d’arythmie conduisant le plus souvent à une hospitalisation (2–4). La fondation Suisse de cardiologie estime que la FA est la cause d’environ 1/3 des hospitalisations pour cause de troubles du rythme cardiaque. D’autres études nord-américaines suggèrent que les coûts liés à une hospitalisation sont trois fois plus élevés pour les patients avec que pour ceux sans FA (3,5,6). Le nombre d’hospitalisation en lien avec une FA s’est intensifié au cours des dernières années dans tous les groupes d’âges. La croissance constante d’admissions aux urgences pour FA engendre donc des coûts non négligeables pour les systèmes de santé et représente un défi majeur pour les différents acteurs de la santé. Il est attendu que sa prévalence double au moins d’ici ces 50 prochaines années. Le vieillissement de la population, la prévalence accrue de cas d’hypertension et de syndrome métabolique ainsi que l’amélioration de la prise en charge de maladies cardiaques, comme l’infarctus ou l’insuffisance cardiaque, sont des facteurs pouvant expliquer cette augmentation (1).
Création de la notice
05/09/2018 15:36
Dernière modification de la notice
08/09/2020 7:08
Données d'usage