Mesures visant à freiner la hausse des coûts dans l’assurance obligatoire des soins : rapport du groupe d'experts

Détails

Ressource 1Télécharger: BIB_135858F18618.pdf (1766.13 [Ko])
Etat: Public
Version: Final published version
ID Serval
serval:BIB_135858F18618
Type
Rapport: document publié par une institution, habituellement élément d'une série.
Collection
Publications
Institution
Titre
Mesures visant à freiner la hausse des coûts dans l’assurance obligatoire des soins : rapport du groupe d'experts
Auteur(s)
Diener V., Blankart R., Busse R., von Castelberg B., Eggli Y., Conen D., Gaillard S., Jeurissen P., Jordi M., Locher H., Meierhans S., Zeynep O., Scheidegger E., Slembeck T.
Détails de l'institution
OFSP
Date de publication
2017
Langue
français
Nombre de pages
141
Résumé
La santé est un des ingrédients fondamentaux du bien-être humain. On peut escompter que l’élévation du niveau de vie, la multiplication des maladies chroniques et le risque croissant de multimorbidité dû à l’évolution démographique entraînent une hausse des coûts de la santé imputable à plusieurs facteurs. Au total, ces coûts sont passés de 37,5 milliards de francs en 1996 à 77,8 milliards en 2015, tandis que ceux de l'AOS ont grimpé de 10,8 à 27,5 milliards de francs. Notons qu'au cours de cette période en question, l’importance économique a augmenté non seulement en termes absolus mais également rapporté au produit intérieur brut (PIB), indice qui mesure la performance économique d’un pays. Alors que les coûts globaux de la santé représentaient, en 1996, 9,2 % du PIB par année, ce pourcentage était supérieur à 12 en 2015. En comparaison avec la croissance démographique, les coûts des soins de santé ont également augmenté de façon disproportionnée: la progression des prestations nettes dans l’AOS est en effet de 4 % environ par assuré en moyenne, soit 3,5 % déduction faite de l’inflation. Certes, les bases de données ne sont pas parfaites, mais le faisceau d’indices pointant une tendance à l’accélération de la hausse des coûts est incontestable. Pour tenter de la freiner, une intervention politique s’impose de plus en plus, si bien que les mesures de nature à permettre au système de santé de rester financièrement viable sur la durée, tant pour les payeurs de primes que les pouvoirs publics, gagnent en importance.
Les mesures envisagées dans le présent rapport visent en particulier à éviter que des prestations médicales inutiles et évitables soient fournies et, partant, à contribuer à freiner la hausse des coûts. (Contexte)
Création de la notice
27/11/2018 16:39
Dernière modification de la notice
20/08/2019 13:41
Données d'usage