Evaluation de l'applicabilité d'outils de communication du risque en prévention cardiovasculaire auprès de patients dyslipidémiques

Détails

Ressource 1Télécharger: BIB_0EF0C51D907E.P001.pdf (1375.66 [Ko])
Etat: Public
Version: Après imprimatur
ID Serval
serval:BIB_0EF0C51D907E
Type
Mémoire
Sous-type
(Mémoire de) maîtrise (master)
Collection
Publications
Institution
Titre
Evaluation de l'applicabilité d'outils de communication du risque en prévention cardiovasculaire auprès de patients dyslipidémiques
Auteur(s)
FOLLY A.
Directeur(s)
NANCHEN D.
Détails de l'institution
Université de Lausanne, Faculté de biologie et médecine
Statut éditorial
Acceptée
Date de publication
2014
Langue
français
Nombre de pages
34
Résumé
Contexte : Dans le contexte de la prévention des maladies cardiovasculaires (MCV), il est recommandé d'estimer quantitativement le risque cardiovasculaire (RCV) global des patients, en tenant compte de l'ensemble de leurs facteurs de risque cardiovasculaire (FRCV). Le manque d'implication des patients dans les prises de décision, pouvant notamment provenir de la difficulté à expliquer et comprendre le RCV, est un obstacle majeur à une prévention efficace. Or, le partage de la décision entre patients et médecins relève d'une importance particulière lorsqu'il est question de prévention cardiovasculaire, du fait des changements de mode de vie évoqués. La façon de présenter aux patients l'information concernant leur risque médical, et en particulier le format de présentation, influencent leurs perceptions, opinions, décisions et comportements. Des outils d'aide à la décision, dont des outils de communication du risque, ont donc été développés afin d'aider à surmonter les barrières au partage décisionnel. Leur utilisation pourrait ainsi améliorer l'adhésion des patients aux mesures préventives, augmenter l'efficacité de la prévention cardiovasculaire et, ultimement, réduire le fardeau des MCV.
But et objectifs : Evaluer l'applicabilité de deux outils de communication du risque en prévention cardiovasculaire, auprès de patients dyslipidémiques. Plus particulièrement, étudier les effets de ces outils sur la vision des patients de leur RCV et sur leur implication dans le processus décisionnel.
Méthodologie : Les patients dyslipidémiques de la consultation des lipides de la PMU de Lausanne ont été randomisés dans un groupe « Intervention » (présentation du RCV par les deux outils de communication lors d'un entretien personnel à la suite d'une consultation spécialisée) et un groupe « Témoin » (consultation spécialisée ordinaire). Des données anthropométriques, ainsi que sur les paramètres vitaux, le profil lipidique et les FRCV des participants ont été compilées. Un questionnaire soumis aux patients a permis de récolter des informations sociodémographiques ainsi que des données sur la perception de leur RCV, l'inquiétude au sujet de leur RCV, la compréhension de leur RCV, leur implication dans le processus décisionnel et l'utilité des outils le cas échéant.
Résultats : 82 patients ont pris part à l'étude, dont 42 ont bénéficié de l'intervention. Les groupes « Intervention » et « Témoin » ont été randomisés de façon homogène et ne différaient pas significativement quant aux données sociodémographiques, données anthropométriques, paramètres vitaux, profil lipidique, FRCV et RCV.
L'utilisation des outils de communication dans le groupe « Intervention » a permis d'améliorer la justesse de la perception du RCV (i.e. la concordance entre le risque réel et le risque perçu par les patients). Aucune différence significative n'a été mise en évidence entre les deux groupes en ce qui concerne l'inquiétude au sujet du RCV, l'adéquation de cette inquiétude (i.e. la relation positive entre le RCV et l'inquiétude), ainsi que la compréhension du RCV.
L'implication subjective des patients dans le processus décisionnel ne diffère pas de façon statistiquement significative après l'emploi des outils de communication. Enfin, la majorité des patients interrogés voient les outils de communication présentés comme des aides utiles, que ce soit pour la communication de leur RCV ou pour leur implication future dans le partage de la décision médicale.
Conclusion : Les résultats de cette étude semblent montrer que les outils de communication du risque évalués sont applicables en prévention cardiovasculaire et qu'ils sont bien perçus par les patients. Ils représentent une aide à la communication du RCV très intéressante, en permettant notamment d'améliorer la perception du risque des patients. Ils ne paraissent pas modifier l'inquiétude, la compréhension ni l'implication subjectives des patients, du moins à court terme. Par conséquent, nous sommes persuadés que le développement et l'étude de tels outils doivent être encouragés, dans l'optique d'offrir de nouvelles possibilités de communication et d'impliquer les patients dans le partage de la décision.
Mots-clé
outils - communication - risque - cardiovasculaire - pré, vention
Création de la notice
07/09/2015 10:52
Dernière modification de la notice
20/08/2019 13:35
Données d'usage