Comment Wikileaks est devenu Julian Assange. Analyse du parcours énonciatif d'une figure médiatique

Détails

Demande d'une copie
ID Serval
serval:BIB_079FBB214EDF
Type
Thèse: thèse de doctorat.
Collection
Publications
Institution
Titre
Comment Wikileaks est devenu Julian Assange. Analyse du parcours énonciatif d'une figure médiatique
Auteur(s)
CABIN Léonore
Directeur(s)
KAUFMANN Laurence
Détails de l'institution
Université de Lausanne, Faculté des sciences sociales et politiques
Statut éditorial
Acceptée
Date de publication
2020
Langue
français
Résumé
Cette recherche retrace le parcours médiatique de Julian Assange et de WikiLeaks, de leur co-naissance publique sur le site Internet de WikiLeaks en 2007 à leur reconnaissance internationale dans la presse en 2010. Ce faisant, elle vise à explorer la façon dont un projet qui se donnait initialement comme collectif et participatif s'est vu redéfinir publiquement- par une série de procédés discursifs et figuratifs imputables tant à Assange qu'à certains journaux - comme l'œuvre de son seul «fondateur». Plus généralement, elle interroge deux phénomènes importants pour la sociologie des médias et de la communication : la représentation médiatique des collectifs hybrides; les fonctions interpellative et figurative de la presse. Composée de cinq parties thématiques, la thèse s'ouvre sur une réflexion épistémologique portant sur les concepts d'enquête et de sens commun, avant de présenter les divers outils méthodologiques ayant servi l'analyse socio-sémiotique du cas étudié. Inaugurant l'axe empirique de ce travail, la seconde partie analyse l'ontologie plurielle de WikiLeaks. Elle suit l'évolution du discours public et des fonctionnalités du site Internet de WikiLeaks, ainsi que la visibilité dont y jouit Julian Assange. Aussi, elle montre la progression d'une plateforme participative horizontale vers un modèle organisationnel plus structuré et hiérarchique. La troisième partie porte sur la « représentation médiatique » de WikiLeaks dans la presse suisse (Le Temps) et américaine (New York Times). Elle examine les facteurs pratiques et discursifs ayant empêché la ressaisie de WikiLeaks en tant que collectif d'action et provoqué sa réduction ontologique à un site Internet personnifié par son« fondateur». La quatrième partie revient sur la mise en intrigue et en récit, par ces mêmes journaux, des allégations de viol et d'agression sexuelle portées par deux femmes suédoises à l'endroit de Julian Assange en août 2010. Plus précisément, elle montre comment ces allégations ont été réindexées sur la controverse politico-juridique américaine autour de WikiLeaks. Enfin, la dernière partie explore la thématique de la figuration publique en décrivant la transformation progressive d'un être parlant (je) en un être dont on parle (il) auquel est attribuée une série de traits de personnalité. La thèse s'achève sur un point normatif visant à distinguer le principe de transparence tel qu'il est conçu et défendu par WikiLeaks du principe de publicité qui devrait régir, selon l'auteure, les pratiques journalistiques.
--
The research documents the media trajectory of Julian Assange and WikiLeaks, from their first apparition as public entities on the WikiLeaks website in 2007 to their international recognition by mainstream media in 2010. It analyzes how the WikiLeaks project was publicly redefined: initial/y presented as collective and participative, it increasingly came to be depicted as the work of his sole "founder". This shift occurred through a series of discursive and figurative processes attributable to bath Assange and the media. Overall, the thesis discusses two phenomena that are deeply relevant to the sociology of media and communication: the media representation of hybrid collectives; the figurative and "interpellative" functions of the press. Composed of five thematic sections, the thesis opens with an epistemological reflection on the concepts of inquiry and common sense, before presenting the various methodological tools used for the socio-semiotic analysis of the case studied. Section two analyzes the plural ontology of WikiLeaks. It follows the evolution of the public discourse and functionalities of the WikiLeaks website, as well as the visibility it grants to Julian Assange. It also shows the progression from a horizontal participatory platform to a more structured and hierarchical organizational model. Section three deals with the "media representation" of WikiLeaks in the Swiss and American press (drawing from Le Temps and The New York Times, respectively). lt examines the practical and discursive factors that have prevented the depiction of WikiLeaks as a collective of action and caused its ontological reduction to a website personified by its "founder". Section four looks at the same newspapers' narratives of the rape and sexual assault allegations made by two Swedish women against Julian Assange in August 2010. Specifically, it shows how these allegations were linked to and read through the US political-legal controversy surrounding WikiLeaks. The final section explores the theme of public figuration by describing the gradual transformation of a speaking being ([) into a being that is spoken of(he), to which a series of personality traits are attributed. The thesis ends on a normative point aimed at distinguishing the principle of transparency, as conceived and defended by WikiLeaks, from the principle of publicity-which, according to the author, should govern journalistic practices.
Création de la notice
17/11/2020 12:06
Dernière modification de la notice
18/11/2020 7:24
Données d'usage