Effets secondaires métaboliques des psychotropes : quelle influence possible d’une incarcération?

Détails

Ressource 1Télécharger: Mémoire no 4419 M. Lambert.pdf (1278.05 [Ko])
Etat: Public
Version: Après imprimatur
Licence: Non spécifiée
ID Serval
serval:BIB_02957810A534
Type
Mémoire
Sous-type
(Mémoire de) maîtrise (master)
Collection
Publications
Institution
Titre
Effets secondaires métaboliques des psychotropes : quelle influence possible d’une incarcération?
Auteur⸱e⸱s
LAMBERT L.
Directeur⸱rice⸱s
GRAVIER B.
Codirecteur⸱rice⸱s
EAP C.
Détails de l'institution
Université de Lausanne, Faculté de biologie et médecine
Statut éditorial
Acceptée
Date de publication
2017
Langue
français
Nombre de pages
39
Résumé
L’observation de la population carcérale tend à montrer de manière générale que la morbidité psychiatrique y est importante avec, comme conséquence, une prescription plus large de psychotropes. Ce travail de Master s’intéresse à la possible influence des conditions de détention sur l’apparition d’un syndrome métabolique chez des détenus traités par des psychotropes. Les effets secondaires métaboliques des psychotropes, en particulier des antipsychotiques atypiques, sont aujourd’hui connus dans le monde médical et une importante littérature existe sur le sujet. Par contre, il n’y a pas d’étude, à notre connaissance, sur le possible effet additif d’une incarcération (donc d’une sédentarité forcée) et d’un traitement psychotrope sur l’apparition d’un syndrome métabolique.
L’hypothèse de travail est qu’une sédentarité forcée, en plus d’un traitement psychotrope, aura une influence négative sur le profil métabolique des détenus avec comme conséquence une incidence plus importante de syndrome métabolique. En Suisse, les détenus ont une liberté de mouvement plus ou moins importante selon qu’ils sont en attente de jugement ou en exécution de peine. Le projet de ce travail a été de récolter et analyser les données métaboliques de détenus répartis en fonction de leurs conditions de détention plus ou moins restrictives et de leur prise ou non de traitement psychotrope pour pouvoir déterminer l’influence des conditions de détention sur le profil métabolique. Les médicaments considérés par cette étude sont ceux soumis à la directive du DP-CHUV1 concernant le suivi des effets secondaires métaboliques des psychotropes.
Pour introduire le sujet, ce travail propose une revue de la littérature sur la santé mentale en milieu carcéral, le syndrome métabolique et les facteurs qui l’influencent, les psychotropes et leurs effets secondaires métaboliques.
Mots-clé
psychotrope, incarcération, syndrome métabolique, poids
Création de la notice
05/09/2018 14:06
Dernière modification de la notice
08/09/2020 6:08
Données d'usage