La consommation de produits psychoactifs et de médicaments chez les personnes travailleuses du sexe dans le canton de Vaud (Suisse). Une étude exploratoire.

Details

Ressource 1Request a copy Sous embargo indéterminé.
State: Public
Version: Final published version
License: Not specified
Serval ID
serval:BIB_E2088F5C5C16
Type
Article: article from journal or magazin.
Collection
Publications
Institution
Title
La consommation de produits psychoactifs et de médicaments chez les personnes travailleuses du sexe dans le canton de Vaud (Suisse). Une étude exploratoire.
Journal
Revue Internationale de Criminologie et Police Technique et Scientifique
Author(s)
Molnar Lorena (co-first), Biscontin Guido (co-first), Pongelli Silvia
Publication state
Published
Issued date
2021
Volume
74
Number
1
Pages
23-41
Language
french
Abstract
Cette étude a pour but d’explorer les consommations de produits psychoactifs et de médicaments des travailleuses du sexe (TdS) dans le canton de Vaud, en Suisse, durant l’année 2017. Nous avons mené une étude de prévalence sur un échantillon de convenance (N=91), et récolté les données par le biais d’un questionnaire. Les TdS ont reporté avoir consommé, au moins une fois pendant les 12 derniers mois, des antidouleurs antalgiques (57.1 %), de l’alcool (48.4 %), du tabac (37.4 %), des somnifères/tranquillisants à base de benzodiazépines (7.7 %), de la cocaïne en poudre (6.7 %), des autres somnifères/tranquillisants (5.5 %) et du cannabis (5.5 %), parmi d’autres. En comparant la prévalence des consommations des TdS avec la population générale suisse, nous observons que la consommation d’alcool est plus faible parmi les TdS, alors que la consommation de tabac, de cocaïne, des poppers et du LSD sont plus élevées. Concernant la consommation de cannabis, le pourcentage de TdS qui en consomment est plus élevée que celui des femmes de la population générale mais plus bas que la totalité de la population générale suisse. Les répondantes disent consommer afin de se détendre ou s’amuser hors du travail (notamment pour l’alcool), répondre à la demande du client (pour l’alcool, la cocaïne et les poppers) ainsi qu’être plus efficaces lors du travail (pour l’alcool et les poppers). Des régressions logistiques suggèrent que des facteurs comme l’âge et le lieu de travail ont un rôle dans les produits consommés. Enfin, davantage de prise en charge et de prévention sont nécessaires puisque la majorité des sondées ne saurait pas à qui s’adresser pour aborder demander des informations sur les consommations.
Create date
30/04/2020 12:05
Last modification date
30/03/2021 6:34
Usage data