Entre corporatisme et universalisme : les associations de firmes transnationales face au changement climatique

Details

Request a copy
Serval ID
serval:BIB_DCB2ED778442
Type
PhD thesis: a PhD thesis.
Collection
Publications
Institution
Title
Entre corporatisme et universalisme : les associations de firmes transnationales face au changement climatique
Author(s)
Moussu Nils
Director(s)
Graz Jean-Christophe
Codirector(s)
Ariffin Yohan
Institution details
Université de Lausanne, Faculté des sciences sociales et politiques
Address
Faculté des sciences sociales et politiques (SSP)
Université de Lausanne
CH-1015 Lausanne
SUISSE

Publication state
Accepted
Issued date
2017
Language
french
Abstract
Comprendre les dynamiques à l'œuvre au sein de la politique transnationale du changement climatique requiert de se pencher sur le rôle des acteurs non-étatiques qui contribuent, aux côtés des Etats, à faciliter ou à entraver l'avènement d'une nécessaire transition écologique. Adoptant une perspective d'économie politique internationale, ce travail de thèse se penche sur les associations de firmes transnationales et insiste sur la nécessité de distinguer celles-ci en tant qu'acteurs politiques divers, Pour ce faire, un continuum issu de la théorie politique gramscienne est proposé, continuum qui permet de situer les associations de firmes transnationales entre deux formes idéale-typiques : le syndicat professionnel qui correspond au moment économico- corporatif du rapport des forces politiques d'une part, et l'intellectuel organique et collectif qui correspond au moment de la lutte pour l'hégémonie d'autre part. En appui de cette caractérisation, deux études de cas sont menées, avec pour objectif de distinguer ces associations en fonction de trois dimensions principales. La première traite des enjeux d'organisation des firmes au sein des associations et s'intéresse en particulier à la composition de celles-ci, en termes de secteurs économiques et de provenance géographique. La seconde traite des productions discursives et principalement des narrations de la « firme en transition » telles qu'articulées par des intellectuels organiques et collectifs. Enfin, la troisième traite du travail effectué par les associations de firmes afin de promouvoir des principes qui se réalisent en différentes pratiques. Au travers de cette étude, la présente recherche propose une opérationnalisation originale du cadre théorique néogramscien en combinant diverses méthodes et stratégies de recherche. Sur un plan empirique, cette recherche souligne le rôle spécifique joué par certaines associations de firmes dans l'unification des positions des acteurs économiques en vue de garantir leur légitimité et leur statut de partenaires de la politique transnationale du changement climatique, et non comme des acteurs dont les activités seraient l'objet de régulations publiques et démocratiques.
--
Understanding the dynamics at work in transnational climate change politics requires looking at the rôle of non-state actors who, alongside states, contribute to facilitating or hindering the emergence of a necessary ecological transition. Mobilizing an international political economy perspective, this thesis investigates the rôle of associations of transnational companies, and emphasizes the need to differentiate these associations as diverse political actors. To this end, it suggests a continuum, derived from gramscian political theory, which allows us to locate business associations between two idéal types: the professional association on the one side, corresponding to the economic-corporate level of the relation between political forces, and the organic and collective intellectual on the other side, corresponding to the moment of the struggle for hegemony. To support this broad categorization, two case studies are considered in détail, with the aim of distinguishing business associations according to three main dimensions. The first dimension deals with the issue of the composition of the associations' membership in terms of economic sectors and home countries. The second dimension deals with discursive productions, which mainly develop narratives of "business in transition", as articulated by organic and collective intellectual s. The third dimension deals with the work done by business associations in order to promote key principles that translate into various spécifié practices. Through this study, this thesis offers an innovative operationalization of the neo-gramscian theoretical framework that combines various methods and research stratégies. On the empirical level, this research highlights the unique rôle played by some business associations to build a common "business voice", securing their legitimacy and their position as partners in transnational climate change politics, as opposed to a situation where business is the target of public and démocratie régulation.
Create date
08/02/2018 11:08
Last modification date
20/08/2019 17:01
Usage data