Épidémiologie et caractéristiques des fractures dues à une maltraitance chez l'enfant

Details

Ressource 1Download: Mémoire no 5759 Mme Huber.pdf (1213.07 [Ko])
State: Public
Version: After imprimatur
License: Not specified
Secondary document(s)
Sous embargo indéterminé.
State: Public
Version: author
License: Not specified
Serval ID
serval:BIB_D544DCB97D8F
Type
A Master's thesis.
Publication sub-type
Master (thesis) (master)
Collection
Publications
Institution
Title
Épidémiologie et caractéristiques des fractures dues à une maltraitance chez l'enfant
Author(s)
HUBER E.
Director(s)
LUTZ N.
Codirector(s)
DEPALLENS S.
Institution details
Université de Lausanne, Faculté de biologie et médecine
Publication state
Accepted
Issued date
2018
Language
french
Number of pages
28
Abstract
Introduction — La maltraitance infantile (MTI) définie par l’OMS comprend «toutes les formes de
mauvais traitements physiques et/ou affectifs, de sévices sexuels, de négligence (. . . ), entraînant un
préjudice réel ou potentiel pour la santé de l’enfant, sa survie, son développement ou sa dignité (. . . )».
La MTI toucherait jusqu’à 36% des enfants en ce qui concerne les châtiments corporels graves (frapper
avec un objet, brûler, étrangler, etc.) et jusqu’à 75% d’entre eux pour des châtiments corporels modérés
(fesser, gifler, pincer, etc.). La fracture est la lésion la plus fréquemment retrouvée dans la MTI après
l’ecchymose. La population la plus à risque de fractures est celle des nourrissons. Ce travail se propose
d’effectuer une analyse descriptive des cas d’enfants victimes de maltraitance avec fractures.
Méthodologie — Etude rétrospective des cas d’enfants victimes de MTI avec fractures et pris en
charge par le CAN Team entre le 01.09.2007 et le 31.08.2017 et stratifiés en 3 classes d’âge (<1 an -
1 à 5 ans et > 5 ans).
Critères d’inclusion
• Patient-e-s âgé-e-s de 0 à 18 ans.
• Patient-e-s avec fracture documentée par une imagerie appropriée.
• Patient-e-s répertorié-e-s dans la banque de données du CAN Team et retenu-e-s comme victimes
d’une MTI.
Critères d’exclusion
• Patient-e-s avec fracture dont l’évaluation aboutira au diagnostic d’accident, donc non retenu-e-s
comme victimes d’une MTI.
• Patient-e-s pour lesquel-le-s une opposition à figurer dans l’étude aurait été produite selon l’article
34, lettre b, de la loi fédérale relative à la recherche sur l’être humain (LRH) du 30 septembre
2011.
Résultats — Initialement 84 fractures ont été dénombrées chez les 41 patients du collectif. Ce chiffre
monte à 106 après les bilans effectués, soit un ajout de 22 fractures supplémentaires. Les fractures
les plus fréquentes concernent les os longs (51 sur les 106 observées, soit 48%). Les fractures de
côtes sont au nombre de 39 (37% de toutes les fractures) et les fractures du crâne au nombre de 12
(11%). Les 4 dernières fractures (4%) concernent chacune l’une des localisations suivantes : dent, nez,
clavicule et main.
Les fractures de côtes représentent près de la moitié de toutes les fractures découvertes chez les patients
<1 an (32/77 fractures, soit 42%) alors qu’elles ne représentent respectivement que 25% (5/20 fractures)
et 22% (2/7 fractures) dans les deux autres groupes d’âge.
Des lésions associées aux fractures sont retrouvées chez 21 des 41 enfants du collectif (51%), 14 fois
chez les <1 an, 3 fois chez les patients de 1 à 5 ans et 4 fois chez les >5 ans.
16 enfants (39%) ont été admis pour l’impotence fonctionnelle d’un membre, 6 (15%) se sont présentés
dans un cadre de suspicion de MTI et 19 (46%) ont présenté une symptomatologie médicale.
Discussion & Conclusion — La majorité des enfants (61%) victimes de fractures dues à une MTI
ont moins d’un an. Un enfant ayant une fracture due à une MTI sur deux présente également des
lésions associées, la plus fréquente étant l’ecchymose, suivie par des lésions intracérébrales associées
ou non à des hémorragies rétiniennes. Chez les enfants maltraités qui se présentent aux urgences
avec une fracture, une fois sur deux le motif de consultation n’a pas de rapport avec un traumatisme.
Deux enfants de moins d’un an, avec une fracture infligée, n’ont pas été hospitalisés alors que les
recommandations actuelles de la Fondation Suisse pour la Protection de l’Enfant le préconisent.
Keywords
Maltraitance, Fracture, Pédiatrie, CAN Team
Create date
03/09/2019 7:56
Last modification date
08/09/2020 6:11
Usage data