Co-producing Tourist Places in Lashi Hai (Yunnan, China): Titre An Ethnographie Study on Representations of Ethnicity and ldentity.

Details

Request a copy
Serval ID
serval:BIB_D4049938C966
Type
PhD thesis: a PhD thesis.
Collection
Publications
Title
Co-producing Tourist Places in Lashi Hai (Yunnan, China): Titre An Ethnographie Study on Representations of Ethnicity and ldentity.
Author(s)
Hürlemann Seraina
Director(s)
Clivaz Christophe
Codirector(s)
Chio Jenny
Institution details
Université de Lausanne, Faculté des géosciences et de l'environnement
Publication state
Accepted
Issued date
2020
Language
english
Abstract
The thesis explores place making processes of tourist places in Lashi Hai, a rural area in the northwest Yunnan province of China. As the area is close to one of China’s most important domestic tourism destination, it attracts busloads of day trip visitors. They travel in order to enjoy the wetland area’s natural beauty, horse-riding trips, the local culture and the countless newly established reception centres. The places in Lashi Hai that are visited by tourists have been produced materially in social processes of negotiation between various actors and try to correspond with the visitors’ expectations. These expectations are shaped by diverse touristic imaginaries of the area and its population and distributed by the tourism industry, official media productions as well as social media. Simultaneously, various, at times contradictory, stereotypes exist about these borderland regions, inhabited by ethnic minority populations officially classified as such by the Chinese government.
In order to better understand the social construction of these places as well as the involved values and actors, I conceptualise the place as a stage, on which values, norms, and ideas related to culture, ethnicity and identity are constantly negotiated and contested among the actors. Discourses of various scales are embodied by those actors and materialized in their practices. Thus, processes observed on that stage of the local place reflect global, national as well as regional tendencies that are renegotiated by the actors on stage.
In each chapter of the thesis I will shed light onto this complex process of place making from a different angle and therefore use diverse theoretical approaches to analyse the social phenomenon in question. The first chapter reveals different layers of meanings and knowledge, which have been created about and laid upon the local place. The thesis uses a historical perspective to describe dominant discourses that are visible until today in the geographies of these places. The second chapter uses a critical approach the heritage discourse and shows on the example of Lashi Hai’s touristic narratives how those are part of a state led nation building project. Furthermore, I analyse how these stories shape the encounter of visitors and residents. In the third chapter, I am led into the spiritual world of Lashi Hai’s residents by my co researchers and discover how their everyday practice had developed a distinct way of coexisting with the rather coercive state versions of local culture. A very intimate and personal perspective on how individual actors on that stage negotiate aspects of ethnicity in their everyday life and include or hide them in their social identity construction is provided in the fourth chapter. The last chapter presents recent trends in tourist place creation in China and shows their link to processes of modernisation, which the local ethnic culture makes part of as well.
--
Cette thèse explore les processus de fabrication des lieux touristiques à Lashi Hai, une zone rurale du nord-ouest de la province du Yunnan en Chine. Comme la région est située à proximité de l'une des destinations touristiques nationales les plus importantes de Chine, cette dernière attire de nombreux touristes journaliers qui apprécient la beauté naturelle des zones humides, les promenades à cheval, ainsi que la culture locale. Les endroits visités par les touristes sont le résultat direct de processus de négociations entre divers acteurs, et ce souvent dans le but de correspondre aux attentes des visiteurs. En effet, le contenu de ces attentes est formé par divers imaginaires touristiques de la région qui sont actuellement perpétrés par l’industrie touristique, les médias officiels ainsi que les réseaux sociaux. Dans le même temps, de multiples stéréotypes, parfois contradictoires, subsistent encore sur cette région frontalière peuplée par des minorités – désignées comme telles par gouvernement central chinois.
Afin de mieux comprendre la construction sociale de ces lieux ainsi que les types de valeurs et d'acteurs sont impliqués, je conceptualise le lieu comme étant une « scène » à travers laquelle des valeurs, des normes et des idées liées à la culture, à l'ethnicité et à l'identité sont constamment négociées et contestées parmi les acteurs. Des discours sont incorporés à différents niveaux par ces acteurs et matérialisés dans leurs actions. Les processus observés sur cette
« scène » reflètent en somme des tendances globales, nationales et régionales, renégociées à leur tour par les acteurs présents « sur scène ».
Les chapitres dans cette thèse met en lumière ce processus complexe du « place making » à chaque fois sous un angle différent et à travers une approche théorique permettant d’analyser les enjeux sociaux en question. Le premier chapitre dévoile les différentes significations et connaissances qui ont été créé autour de cette région ; une perspective historique est mise en place afin de décrire les discours dominants qui persistent encore jusqu’à ce jour sur la région. Le deuxième chapitre adopte une approche critique des discours sur la patrimonialisation en démontrant à travers les narrations touristiques que ces derniers font partie intégrante d’un projet étatique visant à promouvoir une certaine identité nationale. Par ailleurs cette section révèle également les effets de ces discours lors de la rencontre entre les résidents et les touristes. Dans le troisième chapitre, mes co-chercheurs me conduisent dans le monde spirituel des résidents de Lashi Hai et on découvre alors comment leur pratique quotidienne a développé une manière distincte de coexister avec des versions officielles, plutôt coercitives de la culture locale. Le quatrième chapitre adopte une perspective très intime et personnelle sur la manière dont les acteurs individuels négocient des aspects de l’ethnicité dans leur vie quotidienne et les incluent ou les dissimulent dans leur construction d’identité sociale. Finalement, le dernier chapitre présente les tendances plus récentes en matière de création de lieux touristiques en Chine et montre comment celles-ci sont liées aux processus de modernisation qui concernent également la culture ethnique locale.
Create date
05/05/2020 12:00
Last modification date
06/05/2020 6:20
Usage data