Impact des séquelles sur le retour scolaire chez les enfants guéris de tumeurs cérébrales de haut grade

Details

Ressource 1 Sous embargo indéterminé.
State: Public
Version: After imprimatur
License: Not specified
Serval ID
serval:BIB_CD8D287D3582
Type
A Master's thesis.
Publication sub-type
Master (thesis) (master)
Collection
Publications
Institution
Title
Impact des séquelles sur le retour scolaire chez les enfants guéris de tumeurs cérébrales de haut grade
Author(s)
CHRAST L
Director(s)
BECK POPOVIC M
Institution details
Université de Lausanne, Faculté de biologie et médecine
Publication state
Accepted
Issued date
2019
Language
french
Number of pages
28
Abstract
Les tumeurs du système nerveux central (SNC) chez les enfants de moins de 15 ans
représentent, après les leucémies (33.3%), le deuxième cancer le plus fréquent, avec 1 sur 5
diagnostics de cancer pédiatrique et une incidence de 3.5 par 100'000 enfants en Suisse et
aux États-Unis (1,2). La probabilité de survie à 5 ans post diagnostic a passé de 62% à 74 % en
30 ans grâce aux progrès dans le processus de diagnostic, traitement et prise en charge des
patients. Les tumeurs cérébrales restent cependant le cancer le plus mortel (2). Même si 3
sur 4 enfants survivront au moins 5 ans (toutes tumeurs du cerveau confondues), équivalent
de guérison pour la plupart, les effets secondaires liés aux tumeurs et leur traitement peuvent
durer toute une vie. Le nombre croissant d’enfants guéris est accompagné d’une
augmentation d’effets causés par le traitement, que ce soit à court ou plus long terme,
apparaissant parfois seulement à l’âge adulte.
Les tumeurs de haut grade (grade III et IV selon la classification WHO (World Health
Organisation)) sont caractérisées par des cellules d’allure atypique au microscope, leur
capacité à se reproduire activement et à envahir les tissus environnants ce qui les rend plus
agressives que les tumeurs de bas grade. Elles comprennent les médulloblastomes, certains
épendymomes et certains astrocytomes (gliomes de haut grade) (3). La survie à 5 ans varie
entre 5 et 85% selon le degré de malignité et les possibilités thérapeutiques (2, 3).
Le traitement des tumeurs cérébrales dépend du type histologique de la tumeur, de la
localisation, de l’étendue de la lésion, de l’âge et de l’état général du patient. Il s’agit souvent
d’une combinaison de plusieurs méthodes de traitements tels que la chirurgie,
chimiothérapie et/ou radiothérapie (RT). Chacune des thérapies citées ci-dessus a la
possibilité d’engendrer des effets secondaires affectant la qualité de vie des patients guéris.
Ce sont principalement les effets secondaires de la RT (4) ou de certaines chimiothérapies,
telles que les agents alkylants, qui représentent le risque principal à long terme (5).
Keywords
pédiatrie, tumeurs cérébrales, séquelles neuropsyhologiques, retour scolaire
Create date
07/09/2020 14:02
Last modification date
05/02/2021 7:25
Usage data