An Analysis of the Benefit of Using HEV Genotype 3 Antigens in Detecting Anti-HEV IgG in a European Population

Details

Ressource 1Download: Serval_document_retire.pdf (83.18 [Ko])
State: Public
Version: After imprimatur
License: Not specified
Serval ID
serval:BIB_CB73A7F25957
Type
PhD thesis: a PhD thesis.
Collection
Publications
Institution
Title
An Analysis of the Benefit of Using HEV Genotype 3 Antigens in Detecting Anti-HEV IgG in a European Population
Author(s)
Schnegg A.
Director(s)
Cavassini M.
Institution details
Université de Lausanne, Faculté de biologie et médecine
Publication state
Accepted
Issued date
2014
Language
english
Abstract
Introduction
Quatre génotypes pathogènes de l’hépatite E (HEV) sont actuellement connus. Ils présentent des caractéristiques épidémiologiques différentes. Les génotypes 1 et 2 infectent uniquement l’homme et sont à l’origine d’épidémies dans des pays en voie de développement. Les génotypes 3 et 4 se présentent sous forme de zoonose, endémiques chez des cochons et autres mammifères dans des pays industrialisés. Ces derniers génotypes sont à l’origine de cas sporadiques d’hépatite E autochtones. La majorité des tests de sérologie actuellement commercialisés se basent sur des virus de génotype 1 et 2.
Le bénéfice de l’utilisation d’un test sérologique basé sur le génotype 3 dans des pays industrialisés n’a pas été étudié jusqu’à présent. Dans cette étude, les performances de tests sérologiques basés sur des antigènes de plusieurs génotypes de l’HEV ont été comparées.
Méthode
Les tests ont été appliqués à deux populations distinctes: une population de 20 patients, chez qui une infection aiguë d’hépatite E, génotype 3, a été documentée par PCR sanguine, et une population de 550 donneurs de sang de la région de Lausanne.
Le dépistage des IgGs anti-HEV a été effectué dans le sérum des deux populations par trois «Enzyme Immuno Assays» (EIA) à savoir MP Diagnostics, Dia.Pro et Fortress. Les échantillons positifs avec au moins un des EIA ont été testés par un «Immunodot Assay», le recomLine HEV IgG/IgM. Tous les EIA sont basés sur des antigènes des génotypes 1 et 2, alors que l’immunodot se base sur des antigènes des génotypes 1 et 3.
Résultats
Tous les échantillons des cas d’hépatite E documentés et 124 sur 550 échantillons des donneurs de sang étaient positifs avec au moins un des tests sérologique. Parmi les cas confirmés par PCR, 45 %, 65 %, 95 % et 55 % étaient respectivement positifs avec le test de MP Diagnostics, Dia.Pro, Fortress et recomLine. Parmi les échantillons positifs des donneurs de sang avec au moins un des tests, 120/124 (97 %) étaient positifs avec le test Fortress, 19/124 (15 %) étaient positifs avec tous les EIA et 51/124 (41 %) étaient positifs avec le recomLine. Parmi les cas d’hépatite E confirmés, 11/20 (55 %) étaient positifs avec le recomLine et parmi ceux-ci, une réactivité plus forte pour le génotype 3 était observée dans 1/11 (9 %) et une réactivité identique dans 5/11 (45.5 %) cas.
Conclusions
Même si le recomLine contient des protéines dérivées de l’HEV génotype 3, sa sensibilité est inférieure à l’EIA de Fortress dans les cas d’hépatite E aiguë de génotype 3. De plus, chez environ 45 % des patients, le recomLine ne parvient pas à identifier une infection comme étant causé par un virus du génotype 3. Dans la population de donneurs de sang, nous avons observe de grandes variations dans les séroprévalences mesurées, allant de 4.2 % à 21.8 % selon les tests sérologiques employés.
Create date
17/06/2021 8:50
Last modification date
23/06/2021 6:13
Usage data