Distinction entre fumeurs occasionnels et réguliers de cannabis : le dosage du THCCOOH-glucuronide permet-il un meilleur diagnostic ?

Details

Serval ID
serval:BIB_BEF2D6761AA8
Type
Inproceedings: an article in a conference proceedings.
Publication sub-type
Abstract (Abstract): shot summary in a article that contain essentials elements presented during a scientific conference, lecture or from a poster.
Collection
Publications
Institution
Title
Distinction entre fumeurs occasionnels et réguliers de cannabis : le dosage du THCCOOH-glucuronide permet-il un meilleur diagnostic ?
Title of the conference
Toxicologie Analytique et Clinique
Author(s)
Martin-Fabritius M., Hädener M., König S., Weinmann W., Giroud C.
Publisher
Elsevier BV
ISSN
2352-0078
Publication state
Published
Issued date
06/2015
Volume
27
Number
2
Pages
S21
Language
french
Abstract
Objectifs
Le but de cette étude est de montrer que les concentrations de THCCOOH-glucuronide (gluc) dans le sang total peuvent être utilisées en complément des concentrations de THCCOOH libre pour permettre de distinguer les fumeurs réguliers des fumeurs occasionnels de cannabis.
Méthodes
Une étude d’administration contrôlée de cannabis contre placebo a été menée au CHU de Lausanne, Suisse [1]. Vingt-trois fumeurs réguliers (déclarant consommer plus de 10 fois/mois) et 25 fumeurs occasionnels (entre 1 fois/mois et 1 fois/semaine) de cannabis ont fumé un joint de cannabis ou un joint placebo selon un protocole minuté. Des échantillons de sang ont été prélevés avant et jusqu’à 5 h après l’inhalation. Les analyses de THCCOOH ont été effectuées par GC– ou LC-MS/MS dans les jours suivants, puis les échantillons ont été conservés à –80 °C. Trois à 6 ans plus tard, les échantillons ont été décongelés et analysés par LC-MS/MS pour le THCCOOH et le THCCOOH-gluc. L’analyse de courbes ROC [1] a ensuite été appliquée aux concentrations mesurées pour déterminer des cut-offs permettant de distinguer fumeurs réguliers et occasionnels.
Résultats
– Pour les fumeurs réguliers, les concentrations de THCCOOH libre mesurées en 2015 sont en moyenne supérieures de 1,7 μg/L (6,0 %) à celles mesurées précédemment.
– Les concentrations en THCCOOH-gluc chez les fumeurs réguliers vont de 4,1 à 358 μg/L. À ce jour, 73 échantillons des fumeurs occasionnels ont été analysés, les valeurs vont de < 5 à 65,6 μg/L.
– La concentration molaire maximale de THCCOOH total (libre + gluc) mesurée chez les fumeurs occasionnels est de 0,167 μmol/L, soit l’équivalent de 57 μg/L de THCCOOH. Chez les réguliers, les concentrations vont de 0,014 μmol/L (4,82 μg/L) à 1,095 μmol/L (377 μg/L). 4) Plusieurs seuils de concentrations permettant de distinguer les fumeurs réguliers des occasionnels avec 100 % de spécificité ont été mis en évidence : 66 μg/L de THCCOOH-gluc (sensibilité 27 %) et/ou 57 μg/L de THCCOOH total (sensibilité 52 %) contre 40 μg/L (sensibilité 20 %) si on considère uniquement le THCCOOH libre comme précédemment [1].
Conclusion
La conservation des échantillons de sang à –80 °C permet une bonne stabilité des échantillons : les concentrations en THCCOOH de 2015 sont supérieures de 6 % en moyenne à celles des années précédentes, probablement à cause d’une dégradation partielle du gluc. Nos résultats suggèrent qu’une concentration en THCCOOH-gluc supérieure à 66 μg/L correspond à une consommation régulière de cannabis. De même, nous proposons une concentration seuil de 60 μg/L de THCCOOH total dans le sang complet pour mettre en évidence un usage régulier de cannabis. Ces valeurs sont à confirmer avec les analyses de l’ensemble des échantillons des fumeurs occasionnels.
Create date
15/06/2018 9:09
Last modification date
20/08/2019 15:33
Usage data