Sarcoïdose et fatigue Quels paramètres inflammatoires mesurer afin d’objectiver la fatigue ?

Details

Ressource 1 Sous embargo indéterminé.
State: Public
Version: After imprimatur
License: Not specified
Serval ID
serval:BIB_BD50A5C0455F
Type
A Master's thesis.
Publication sub-type
Master (thesis) (master)
Collection
Publications
Institution
Title
Sarcoïdose et fatigue Quels paramètres inflammatoires mesurer afin d’objectiver la fatigue ?
Author(s)
DOMON N.
Director(s)
NICOD L.
Codirector(s)
OGNA A., DACCORD C.
Institution details
Université de Lausanne, Faculté de biologie et médecine
Publication state
Accepted
Issued date
2019
Language
french
Number of pages
21
Abstract
En Suisse, environ 3600 personnes (4.4 /10 000) souffrent de sarcoïdose. Il s’agit
d’une maladie inflammatoire touchant différents organes (poumons, peau, yeux pour
les plus fréquents) et dont les causes exactes ne sont pas encore connues. Environ
25% des patients rapportent une « fatigue intense » et au total, ce ne sont pas
moins de 60 à 90% des patients qui évoquent ce symptôme non spécifique.
Cependant, seules de faibles corrélations peuvent être mises en évidence entre cette
« fatigue subjective » évoquée par les patients et les « mesures objectives» de la
maladie (test de fonction pulmonaire, imagerie thoracique, bilan biologique, etc.)
utilisés dans la pratique médicale afin d’évaluer la gravité et la progression de la
maladie. En outre, des études ont démontré que cette fatigue, qui peut être
mentale et/ou physique: a) peut devenir chronique et avoir un impact sur la vie des
patients même après la disparition des premiers signes d'activité de la maladie,
b) est associée à une faible qualité de vie des patients et c) est associée à des
symptômes dépressifs et/ou anxieux.
Les connaissances scientifiques actuelles expliquent en partie le lien entre l’activité
inflammatoire persistante de la sarcoïdose et la fatigue par l’effet de cytokines sur le
système nerveux central. En effet, la concentration de diverses molécules
inflammatoires (dont notamment le TNF-α, IL-6, IL-1β) est augmentée dans le sérum
des patients atteints de sarcoïdose. La CRP et la VS semblent également
plus élevées. En effet, il a déjà été démontré que la CRP est souvent plus élevée
chez les patients fatigués tandis que la VS est typiquement allongée dans les
atteintes impliquant un érythème noueux ou une arthrite. Il en résulte des
changements neurologiques, hématologiques, métaboliques et endocriniens qui sont
probablement impliqués dans la régulation du sommeil. La ferritine, bien qu’étant un
marqueur de l’inflammation souvent retrouvé dans les maladies inflammatoires
chroniques, n’a en revanche été que peu étudiée voire complètement ignorée
dans la sarcoïdose.
Malgré les éléments ci-dessus, il n’y a pas de lien clairement défini entre l’intensité de
la fatigue ressentie par les patients atteints de sarcoïdose et les paramètres
inflammatoires. Ainsi, la question sur laquelle se base cette étude s’articule comme
suit : quelle relation y a-t-il entre la fatigue chez les patients atteints de sarcoïdose et
la concentration sérique des marqueurs inflammatoires ?
Keywords
Sarcoïdose, fatigue, marqueur, ferritine,, cytokine
Create date
07/09/2020 8:26
Last modification date
07/10/2020 5:26
Usage data