Etude des altérations post-thérapeutiques visualisées en IRM et en CT après ablation de tumeurs rénales par Radiofréquence ou par Cryo-ablation

Details

Ressource 1Download: BIB_B6BCB2A000AC.P001.pdf (684.30 [Ko])
State: Public
Version: After imprimatur
Serval ID
serval:BIB_B6BCB2A000AC
Type
A Master's thesis.
Publication sub-type
Master (thesis) (master)
Collection
Publications
Institution
Title
Etude des altérations post-thérapeutiques visualisées en IRM et en CT après ablation de tumeurs rénales par Radiofréquence ou par Cryo-ablation
Author(s)
BENOUARET RAHMANI R.
Director(s)
BIZE  P.-E.
Institution details
Université de Lausanne, Faculté de biologie et médecine
Publication state
Accepted
Issued date
2015
Language
french
Number of pages
21
Abstract
1 Résumé
Introduction
La thermo-ablation percutanée est devenue une technique standard reconnue pour le traitement des petites masses rénales chez des patients présentant un risque chirurgical élevé. La littérature a démontré l'efficacité de ces techniques ainsi qu'un taux très bas de complications (1). En l'absence d'analyse histologique, le succès du traitement est jugé sur la base d'un suivi à long terme par imagerie. L'aspect des lésions rénales traitées par thermo-ablation a bien été décrit dans la littérature (2-4). Néanmoins, il n'existepasdevéritableconsensusrelatifàladescriptionstandardiséedesaltérationsobservées. Lebut de notre étude était de répertorier les altérations post-thérapeutiques visualisées en IRM et CT selon une grille de lecture standardisée (Figure 1) afin d'identifier le type d'image qui correspondait à la survenue d'une récidive. Dans un deuxième temps, de voir l'évolution des valeurs du coefficient apparent de diffusion (ADC) au sein de la zone d'ablation sur les images IRM de suivi ce qui n'a, à notre connaissance, jamais été étudié. Il pourrait s'agir d'un critère supplémentaire permettant de déceler une récidive dans certains cas d'interprétation difficile.
Matériels et Méthodes
Après obtention de l'accord du comité d'éthique de notre institution (N° de dossier 182/14050614), nous avons effectué une analyse rétrospective portant sur 65 patients (50 hommes, 15 femme, âge moyen était de 69,02 ±0,36. les extrêmes étaient de 32 et 89 ans) traités en radiologie interventionnelle au CHUV pour 66 petites masses rénales (26 traités par la RFA et 40 par CRA). Les paramètres démographiques ont été extraits des dossiers médicaux afin de définir leur influence sur le choix de la technique et sur la survenue de complications. Les images CT après injection de produit de contraste (PdC) et IRM pondérées en T1 après injection de gadolinium ont été relues et les prises de contraste (rehaussement) visualisées au sein ou autour de la zone d'ablation ont été répertoriées selon une grille de lecture (Figure 1). Les valeurs de l'ADC ont été mesurées afin d'évaluer leurs évolutions dans le temps en fonction de la technique d'ablation utilisée.
L'ensemble des données ont été anonymisées puis consignées dans un tableau Excel (Microsoft Excel 2013). Une étude statistique multifactorielle (Stata version 2011) a été réalisée pour déterminer les facteurs cliniques, histologiques et d'imagerie associés à une récidive tumorale. La valeur p < 0,05 a été considérée comme une différence significative.
Résultats
Un total de 66 lésions rénales (diamètre moyen 26,81±0,27 mm, avec un min 10 mm et max 70 mm) a été étudiées. Deux tiers de ces tumeurs avaient un diamètre ≤ 3cm (T1A). Les tumeurs de 3cm ou moins ont été traitées le plus souvent par RFA (p < 0,004, test du2) (Figure 2)
On a observé que les prises de contraste de type 2 et 4 (Figure 5) étaient corrélées avec la survenue d'une récidive. Cependant il n'y avait pas suffisamment de de récidive pour que ce résultat soit statistiquement significatif. L'évolution des valeurs d'ADC au niveau de la lésion traitée suit une courbe de régression logarithmique (Figure 6). Il augmente rapidement dans le temps immédiatement en post ablation indépendamment de la technique utilisée (p = 2,12.10-6, ANCOVA) avant d'atteindre une valeur plateau d'environ1440 mm2/sec vers le 10ème mois post ablation.
Conclusion
Le CT et l'IRM avec injection du produit de contraste (PdC) sont les modalités d'imagerie de premier choix pour le suivi post thermo-ablation. Les valeurs de l'ADC au sein des zones d'ablation augmentent rapidement dans le temps puis se stabilise en plateau indépendamment de la technique utilisée. Toute chute des valeurs de L'ADC devrait faire suspecter une récidive tumorale. Les séquences de diffusion (DWI) pouvant être réalisée sans injection de Gadolinium ce qui peut se révéler utiles en cas de contre- indication à ce PdC.
Keywords
thermoablation renal mass, ablation Imaging follow-up, Radiofrequency ablation in the kidney, Cryoablation of renal mass T1a, ADC in the renal mass
Create date
31/08/2016 12:22
Last modification date
20/08/2019 15:25
Usage data