A-24: Modification de la thérapie antirétrovirale en alternative au traitement par statines pour les patients séropositifs pour le VIH présentant un risque cardiovasculaire bas ou intermédiaire : l'essai prospectif ETRALL

Details

Serval ID
serval:BIB_B5DF049E8C46
Type
Proceedings: the proceedings of a conference.
Collection
Publications
Title
A-24: Modification de la thérapie antirétrovirale en alternative au traitement par statines pour les patients séropositifs pour le VIH présentant un risque cardiovasculaire bas ou intermédiaire : l'essai prospectif ETRALL
Publisher
Elsevier BV
ISSN
0399-077X
ISSN-L
0399-077X
Issued date
06/2014
Editor
Médecine et Maladies Infectieuses
Volume
44
Number
6
Language
french
Number of pages
25
Abstract
Introduction - objectifs : Évaluer si le remplacement d'un inhibiteur de
protéase boosté par du ritonavir (IP/r) ou de l'éfavirenz (EFV), par de l'étravirine
(ETR) dispense d'un traitement par statines les patients infectés par le
VIH et dyslipidémiques.
Matériels et méthodes : Étude pilote en ouvert, multicentrique, conduite
durant 12 semaines. Ont été inclus les patients sous traitement antirétroviral
(ARV), ayant une charge virale < 50 copies/ml et sous statine. La statine était
d'abord interrompue pendant 4 semaines. À S4, seuls les patients ayant un LDL
cholestérol (LDLc) t 3 mmol/L recevaient ETR à la place de EFV ou de l'IP/r. Le
critère de jugement primaire était la proportion de patients n'ayant plus d'indication
aux statines après 8 semaines de traitement par ETR (S12 de l'étude). Le critère
de jugement secondaire était les modifications du profil lipidique à S12.
Résultats : Nous avons inclus 31 patients (81 % d'hommes, âge médian
52 ans). À S4, 29 (94 %) présentaient un LDL-c t 3 mmol/L les qualifiant pour la
modification des ARV, 27 ont débuté l'ETR. Chez ces derniers, a été observée
une baisse significative du cholestérol total (-0,88 mmol/L, IQ - 1,38 - - 0,31), du
LDL-c (-0,49 mmol/L IQ -1,16-0,17) et des triglycérides (- 0,51 mmol/L IQ -
1,16- - 0,06) entre S4 et S12. Quinze (56 %) de ces patients n'avaient plus d'indication
à une statine (p = 0,0001).
Conclusion : La modification du traitement ARV a permis d'éviter
l'adjonction d'une statine chez plus de la mo
Create date
16/01/2015 11:42
Last modification date
02/09/2019 16:43
Usage data