« J'ay grand envie de veoir assaillir ». Guerre, guerriers et finances dans les Etats de Savoie à la fin du Moyen Age (XIVe-XVe s.)

Details

Request a copy
Serval ID
serval:BIB_B169901FC210
Type
PhD thesis: a PhD thesis.
Collection
Publications
Title
« J'ay grand envie de veoir assaillir ». Guerre, guerriers et finances dans les Etats de Savoie à la fin du Moyen Age (XIVe-XVe s.)
Author(s)
BIOLZI R.
Director(s)
Andenmatten B.
Institution
Université de Lausanne, Faculté des lettres
Address
Faculté des lettresUniversité de LausanneCH-1015 Lausanne
Publication state
Accepted
Issued date
2016
Language
french
Abstract
Cette thèse étudie l'évolution de la pratique de la guerre ainsi que l'organisation militaire dans les Etats de Savoie à la fin du Moyen Age (XIVe-XVe siècles). Le corpus des sources analysées est essentiellement constitué par l'abondante comptabilité militaire conservée aux archives Camérales de Turin. Les riches fonds des archives de Cour ont également été examinés, notamment les registres des protocoles des notaires de la chancellerie savoyarde. A l'étude de ces documents de la pratique, on a ajouté les sources narratives savoyardes du XVe siècle, notamment la chronique écrite par Jean d'Orville, surnommé Cabaret, secrétaire et historiographe d'Amédée VIII, entre 1417 et 1419. Le propos de ce travail est de synthétiser les multiples renseignements dégagés de cet extraordinaire corpus documentaire, qui n'avait été jusqu'à présent que partiellement considéré par les historiens. Une démarche comparatiste avec les principautés limitrophes, en particulier le royaume de France, les Etats bourguignons et le duché de Milan, a été constamment effectuée. La recherche comprend en outre un ample dossier cartographique, des tableaux récapitulatifs, des graphiques et des illustrations. Des extraits comptables ainsi que plusieurs pièces justificatives sont éditées en annexe.
Le travail se structure en deux parties distinctes. Dans la première on place le cadre événementiel de la recherche, en dénombrant l'ensemble des conflits savoyards du XIe au XVe siècle. Pour ce faire, on a essentiellement exploité la documentation comptable dans le but de retracer les étapes qui ont permis à la Savoie d'atteindre son expansion territoriale maximale au XVe siècle. Le propos de cette démarche a été de comprendre le développement de la pratique de la guerre sur une longue durée, en prêtant une attention particulière à l'évolution de la typologie des conflits et des effectifs militaires recrutés par les princes.
La deuxième partie est composée par quatre chapitres distincts, qui affrontent des thématiques d'ordre institutionnel et socio-économique sur la guerre en Savoie dans les deux derniers siècles du Moyen Age. On retrace d'abord l'historique de l'office de la trésorerie des guerres, institution préposée au financement des opérations militaires dès la fin du XIVe siècle, en brossant le profil social ainsi que les circonstances des nominations des fonctionnaires à qui est confié l'office. Le deuxième chapitre est une contribution à l'étude des finances de guerre et de leur rapport avec le développement des structures bureaucratiques de l'Etat savoyard. On présente d'abord l'évolution des coûts de la guerre, en exploitant les données chiffrées fournies par les dépenses des comptes militaires, ce qui nous permet d'estimer le poids des conflits dans le bilan savoyard sur une longue durée. On s'intéresse ici également au financement des armées, en étudiant la provenance de l'argent encaissé par les trésoriers militaires ainsi que la manière avec laquelle les capitaux destinés à payer les armées transitent entre les différents agents payeurs de la principauté. Enfin, on étudie dans le détail l'évolution des moyens fiscaux adoptés par les souverains savoyards dés le début du XIVe siècle, ce qui permet de comprendre dans quelle mesure l'impôt a su suppléer aux coûts générés par leur politique militaire. Toujours dans une perspective d'histoire institutionnelle, le troisième chapitre propose un historique des offices militaires et des fonctions qui leur sont attribuées pour la période envisagée. A partir du milieu du XIVe siècle, la guerre nécessite en effet d'une structure de commandement plus élargie, comprenant des maréchaux, des capitaines, des maîtres des artilleries et tout un personnel spécialisé servant à diriger des effectifs plus consistants. Le dernier chapitre est enfin consacré à des aspects sociaux et économiques des combattants savoyards. Par le biais des salaires, on effectue ici une étude sociologique s'intéressant en particulier à l'évolution des gages militaires, indicateur essentiel pour la compréhension du développement des métiers des armes dans les Etats de Savoie, ainsi qu'aux modalités de recrutement des troupes, très différentes pour le noble cavalier, le mercenaire professionnel ou le fantassin fourni par les châtellenies savoyardes.
Create date
23/08/2016 12:25
Last modification date
03/03/2018 20:36
Usage data