Quand un conte fait peau neuve : l’histoire éditoriale de “Peau d’âne”

Details

Serval ID
serval:BIB_83B6E92182F3
Type
A part of a book
Collection
Publications
Institution
Title
Quand un conte fait peau neuve : l’histoire éditoriale de “Peau d’âne”
Title of the book
Peau d’âne et peaux de bêtes. Variations et reconfigurations d’un motif dans les mythes, les fables et les contes
Author(s)
François Cyrille
Publisher
Presses Universitaires Blaise Pascal
Address of publication
Clermont-Ferrand
ISBN
9782845169791
Publication state
Published
Issued date
2021
Peer-reviewed
Oui
Editor
Calas Frédéric
Pages
71-85
Language
french
Abstract
« Peau d’âne » est sans doute l’un des contes les plus emblématiques du projet littéraire de Charles Perrault. Ce n’est toutefois pas le texte paru en 1694 dans le recueil de « contes en vers » intitulé Griselidis, nouvelle. Avec le Conte de Peau d’Asne, et celuy des Souhaits Ridicules que nous lisons le plus souvent de nos jours, mais une version adaptée en prose par un auteur anonyme qui a garanti la postérité de « Peau d’âne » auprès d’un public plus large. Publié dans un premier temps aux côtés de l’original en vers, le texte apocryphe de « Peau d’âne » en prose supplante progressivement son modèle, jusqu’à constituer le neuvième texte des contes en prose de Perrault. La comparaison des deux versions permet de réfléchir aux implications littéraires de cette adaptation. On pourrait ainsi se demander si c’est le seul passage du vers à la prose qui a garanti le succès de « Peau d’âne » ou si les aménagements faits par l’adaptateur auraient contribué à rapprocher le texte de ce que les lecteurs considéraient comme un « conte de Perrault » au XIXe.
“Donkeyskin” is without doubt one of the most emblematic tales of Charles Perrault’s literary project. The version of the tale that has ensured it lives on in the eye of the wider public is however not the one first published in the 1694 “tales in verse” collection - titled Griselidis, nouvelle. Avec le Conte de Peau d’Asne, et celuy des Souhaits Ridicules. Rather, the tale that is most often read is a version adapted into prose by an anonymous author. First published next to its original in verse, the apocryphal text of “Donkeyskin” in prose gradually supplanted its model, becoming the ninth of Perrault’s texts in prose. A comparison of the two versions allows for a reflection on the literary implications of the adaptation. Was it the transition from verse into prose that guaranteed the success of “Donkeyskin”, or did the adaptations made by the anonymous author in fact help bringing the text closer to what readers considered to be a “Perrault tale” in the 19th century?
Keywords
Conte, Perrault, prosification, histoire éditoriale, génétique
Create date
15/05/2021 14:18
Last modification date
16/05/2021 6:34
Usage data