L’hypothèse freudienne du délire comme tentative de guérison dans la psychose : enjeux interdisciplinaires, épistémologiques et cliniques entre psychanalyse et neurosciences

Details

Ressource 1 Sous embargo indéterminé.
State: Public
Version: After imprimatur
License: Not specified
Serval ID
serval:BIB_837E712CF7E2
Type
PhD thesis: a PhD thesis.
Collection
Publications
Institution
Title
L’hypothèse freudienne du délire comme tentative de guérison dans la psychose : enjeux interdisciplinaires, épistémologiques et cliniques entre psychanalyse et neurosciences
Author(s)
Tran The Jessica
Director(s)
Barras Vincent
Codirector(s)
Ansermet François , Vanier Alain
Institution details
Université de Lausanne, Faculté des sciences sociales et politiques
Publication state
Accepted
Issued date
2019
Language
french
Abstract
Face au constat qu’il existe dans le moment scientifique contemporain une réelle urgence à mettre en place des recherches interdisciplinaires autour de la clinique de la psychose, notre travail se propose d’entreprendre un dialogue entre la psychanalyse et les neurosciences afin de tenter d’esquisser des pistes de réflexions nouvelles pour saisir le processus psychotique dans sa complexité. Si la psychose constitue en effet un point de butée aussi bien pour les neurosciences que pour la psychanalyse, il y a donc aujourd’hui une urgence à l’entreprise d’un réel dialogue interdisciplinaire pour penser ce phénomène clinique, et tenter d’ouvrir de nouvelles perspectives thérapeutiques, puisqu’aucune de ces disciplines n’a depuis plusieurs décennies permis d’avancées majeures en ce domaine. Dans la mesure où les stratégies de soin peuvent convoquer simultanément la neurobiologie, avec le recours aux traitements pharmacotropes, et un certain référentiel issu de la théorie psychanalytique, avec la généralisation de la psychothérapie, y compris en institution, pour les patients psychotiques, la clinique de la psychose implique de fait une interdisciplinarité. Dès lors, il apparaît inconcevable d’aborder cet objet singulier en faisant l’économie d’une réelle démarche interdisciplinaire. S’il y a donc urgence à l’interdisciplinarité en ce qui concerne la psychopathologie de la psychose, il incombe au clinicien confronté à cette problématique de mettre en acte un réel dialogue interdisciplinaire pour aborder le processus psychotique dans toute sa multiplicité et sa complexité.
C’est précisément à cette expérience d’un réel dialogue entre psychanalyse et neurosciences que nous allons nous risquer, pour tenter d’ouvrir des horizons nouveaux dans l’abord du processus psychotique, au travers d’une réflexion nourrie aussi bien par les apports de la théorie freudienne, que par les dernières avancées de la neurobiologie. A partir d’un modèle interdisciplinaire fondé sur une intersection possible entre ces deux disciplines autour du constat commun que l’expérience s’inscrit et laisse une trace – aussi bien psychique que synaptique –, il s’agira de faire le pari d’un voyage interdisciplinaire au cœur de la clinique de la psychose, en reconsidérant les principaux apports introduits par la théorie freudienne dans la description du processus psychotique au prisme des dernières découvertes de la neurobiologie. Dès lors, les neurosciences et la psychanalyse – deux champs à l’épistémologie pourtant hétérogène et incommensurable – pourraient non seulement s’éclairer mutuellement, mais aussi apporter des lumières nouvelles à ce point de butée commun que constitue la psychopathologie de la psychose et le réel risque vital que cette pathologie recèle.
Notre voyage aura donc pour guide une thèse, formulée par Freud dès 1911, qui peut condenser toute la singularité et tout le tranchant subversif des apports de la théorie psychanalytique à la clinique de la psychose : « Ce que nous prenons pour une production morbide, la formation du délire, est en réalité une tentative de guérison, une reconstruction ». Le phénomène psychopathologique du délire – figure paradigmatique s’il en est dans l’imaginaire collectif de l’expression de la folie – relèverait donc selon cette thèse non pas du processus morbide premier à l’œuvre dans la psychose, mais serait au contraire à considérer comme une « tentative de guérison », qui viendrait en réponse à un premier temps qui le précèderait. Si cette thèse nous semble propice à servir de fil conducteur à un projet de dialogue interdisciplinaire de la psychanalyse aux neurosciences autour de la clinique du phénomène psychotique, c’est notamment parce qu’elle constitue un symbole paradigmatique du tournant épistémologique sans précédent induit par la théorie freudienne dans la description du processus à l’œuvre dans la psychose.
A partir du décentrement introduit par cette hypothèse freudienne, qui implique de concevoir la psychose comme un processus diachronique impliquant une dialectique entre un premier et second temps, il s’agira d’étudier la clinique des troubles de la perception et de la représentation des états du corps caractéristiques du premier temps du processus psychotique, au prisme de l’hypothèse d’une absence de la fonction homéostatique de la trace dans la psychose. Cette hypothèse sera ensuite envisagée à partir des recherches neurobiologiques récentes sur le rôle des périodes critiques de la plasticité développementale dans la schizophrénie. Au terme de notre recherche, nous considérerons la perspective d’une fonction homéostatique du délire, qui viserait à opérer une régulation des états somatiques en excès dans la psychose. Nous nous pencherons alors sur le rôle des processus de réassociations de traces dans la construction délirante, pour enfin considérer cette dernière comme une solution singulière produite par le sujet, dans un processus diachronique de création de nouvelles traces. Notre travail aboutira ainsi à une réflexion sur la possibilité d’une rencontre entre psychanalyse et neurosciences dans un dépassement des déterminismes, au profit d’une prise en compte du caractère imprédictible et singulier du devenir du sujet dans son déploiement temporel et diachronique. Ces réflexions, outre les considérations épistémologiques qu’elles impliquent, ouvrent ainsi la voie à des considérations éthiques, qui font du dialogue entre psychanalyse et neurosciences un enjeu incontournable du « moment du vivant » contemporain.
--
Our work is going to emphasize a discussion between psychoanalysis and neurosciences about the psychopathology of psychosis. From an interdisciplinary model based upon a possible crossing between those two sciences about a homeostatic approach of the cognitive processes, we are trying to study the clinic of perception and representation disorder of the body states, which are characteristics of the first step of the psychotic process, by considering the hypothesis of the lack of the homeostatic function of track in psychosis. Afterwards, this hypothesis will be considered from the current neurobiological studies about the role of the critical periods of the development in schizophrenia. At the next step of this study, we shall consider the view of the homeostatic function of the delirium, whose goal would be to create a control of excess of somatic states in psychosis. Then, we shall deal with the role of the processes of track reassociations in the delirium structure, in order to consider delirium as a peculiar answer produced by the person, in a diachronic process of creation of new tracks. Further on, our work will result in a study about a possible encounter between psychoanalysis and neurosciences beyond determinisms, with the point of view of an unpredictable and unique future of the person through a diachronic time deployment. Those ideas, in addition to their epistemological implications, open the way for ethical considerations, which make the discussion between psychoanalysis and neurosciences, a key issue in the actual “time of living”.
Keywords
psychanalyse, neurosciences, psychose, psychopathologie, Freud, délire, psychiatrie, Lacan, Damasio, périodes critiques, default mode, schizophrénie, neurobiologie, neuroénergétique, imagerie cérébrale, psychoanalysis, neurosciences, psychosis, psychopathology, Freud, delirium, psychiatry, Lacan, Damasio, critical periods, default mode, schizophrenia, neurobiology, neuro energetics, cerebral imaging
Create date
06/04/2020 12:19
Last modification date
15/06/2020 10:55
Usage data