Systemic métal ion levels in patients with modular-neck stems: A prospective cohort study

Details

Request a copy
Serval ID
serval:BIB_65FB12FBE1C9
Type
PhD thesis: a PhD thesis.
Collection
Publications
Institution
Title
Systemic métal ion levels in patients with modular-neck stems: A prospective cohort study
Author(s)
LAURENCON Jonathan
Director(s)
ZAMBELLI Pierre-Yves
Institution details
Université de Lausanne, Faculté de biologie et médecine
Address
Faculté de biologie et de médecine
Université de Lausanne
CH-1015 Lausanne
SUISSE

Publication state
Accepted
Issued date
2017
Language
english
Abstract
1. Mise en perspective
Le remplacement prothétique de la hanche est une des interventions les plus fréquentes en chirurgie orthopédique. La prothèse totale de hanche (PTH) est généralement composée d'une partie fémorale (tige + tête) et d'une partie acétabulaire (cupule + insert). Plusieurs couples de frottement existent entre la tête et l'insert acétabulaire (métal-polyéthylène, métal-métal, céramique-céramique, céramique-polyéthylène) et de nombreux designs se trouvent sur le marché (tiges droites ou anatomiques, prothèses modulaires etc). Les prothèses avec couple de frottement métal-métal (MoM) ont provoqué un vaste débat ces dernières années en raison d'un taux de défaillance anormalement élevé, en relation avec la génération de débris et d'ions métalliques provenant de l'usure et/ou de la corrosion des surfaces articulaires. Les causes de défaillance sont de plusieurs natures : Ostéolyse/descellement, formation de « pseudo-tumeurs » constituées de tissus inflammatoires et nécrotiques, avec parfois une composante kystique, réactions d'hypersensibilité au métal. Ces réactions sont regroupées sous l'acronyme ALTR (Adverse Local Tissue Reactions). Il a été démontré que les taux sanguins d'ions métalliques, plus particulièrement de Cobalt (Co) et de chrome (Cr), sont augmentés chez les patients porteurs de PTH à couple de frottement MoM, qu'ils sont liés aux phénomènes d'usure et/ou de corrosion métallique et que des taux élevés sont corrélés avec la survenue d'ALTR.
2. Problématique
Récemment, il a été démontré que les réactions de type ALTR se produisaient non seulement chez les patients porteurs de couples de frottement métal-métal, mais également, dans certains cas, chez des patients porteurs de tiges à col modulaire avec un couple de frottement différent. Les débris et ions métalliques proviennent à ce moment de l'interface entre la tige et le col modulaire.
Nous avons donc voulu vérifier si les prothèses à col modulaire utilisées dans notre service libéraient plus d'ions métalliques que leur version non-modulaire et si cela était associé à un taux d'ALTR plus élevé, étant donné qu'il n'y avait alors aucune donnée dans la littérature sur ce modèle précis de prothèse.
3. Méthode
Nous avons mené une étude de cohorte monocentrique sur 60 patients. 40 étaient porteurs d'une prothèse à tige SPS (Symbios©) modulaire, 10 d'une tige SPS monobloc et 10 autres patients constituaient un groupe contrôle exempt de prothèse.
Les patients ont été revus avec un recul minimum d'une année depuis la date de l'opération. Nous avons prélevé un échantillon sérique, un autre sanguin, qui ont été analysés par spectrométrie de masse, permettant une détermination atomique quantitative. Les ions Cobalt (Co), Chrome (Cr), Titane (Ti), Molybdène (Mo), Vanadium (V) et Aluminium (Al) ont été étudiés. Le résultat clinique a été estimé à l'aide du Oxford Hip Score.
Les patients présentant des concentrations de cobalt ou de chrome supérieures à 2 pg/L ont été investigués par IRM, à la recherche de signes d'ALTR.
4. Conclusion
Les taux sériques et sanguins de ions Co, Cr et Ti étaient significativement plus élevés dans le groupe des
patients avec col modulaire et 1 cas d'ALTR a été mis en évidence dans ce même groupe.
Ceci corrobore les résultats d'autres études, faites sur des implants au design similaire, et doit donc nous
inciter à une certaine retenue dans l'utilisation de ce type de tiges prothétiques. D'autre part, cela devrait
nous encourager à mettre en place un suivi plus étroit des patients porteurs de ce type d'implants.
Des études ultérieures seront nécessaires afin de définir un algorithme fiable pour la prise en charge de
ces patients.

Create date
06/02/2018 12:13
Last modification date
20/08/2019 14:21
Usage data