Subjective wellbeing and the political citizen

Details

Ressource 1Download: PhDThesis-OK.pdf (1995.22 [Ko])
State: Public
Version: After imprimatur
License: Not specified
Serval ID
serval:BIB_55B3165D0789
Type
PhD thesis: a PhD thesis.
Collection
Publications
Institution
Title
Subjective wellbeing and the political citizen
Author(s)
Lindholm Annika
Director(s)
Lutz Georg
Institution details
Université de Lausanne, Faculté des sciences sociales et politiques
Publication state
Writing in progress
Language
french english
Abstract
This thesis sheds light on the relationship between subjective wellbeing and political behaviour and attitudes in contemporary European democracies. The profound societal changes of the last half a decade and the unanswered questions about why some citizens engage more politically while others do not, and how persons develop into politically efficacious citizens, as well as why a part of the electorate is attracted to right-wing populist parties and ideas, have paved the way for considering citizen’s subjective wellbeing as a powerful, yet so far overlooked, predictor of political attitudes and behaviour. Through four empirical studies, this research links several dimensions of subjective wellbeing, including its evaluative, emotional, eudemonic and social components, to a sense of political efficacy (Study 1), to political participation (Studies 2 and 3) and to a right-wing populist vote choice (Study 4). The empirical studies reveal how subjective wellbeing is a significant driver of citizen’s political orientations, their participation patterns, as well as their electoral choices, thereby being highly relevant at all stages of the development of the political citizen. The implications of this relationship are profound, both from a scholarly and a policy-making perspective, in order to better understand persisting political inequality in contemporary democracies, to identify the origins of democratic support or instability, as well as to shed light on the development of illiberal political ideas and threats to liberal democracy. In this way, subjective wellbeing emerges as a crucial research agenda for the future of political science.
Cette recherche porte sur le rôle du bien-être subjectif en tant que déterminant du comportement et des attitudes politiques dans l’Europe contemporaine. Les changements profonds de la société durant les dernières décennies et les questions qui demeurent dans les études du comportement politique ouvrent la voie à considérer le bien-être comme un facteur important, pourtant précédemment négligé dans le domaine de la science politique, pour expliquer comment se façonnent les citoyens et citoyennes politiques. Les enjeux concernent notamment les inégalités dans la participation politique et le développement d’un sentiment d’efficacité politique personnelle, et de plus, les interrogations autour des motivations derrière le choix de vote pour la droite populiste. Au travers de quatre études empiriques, nous associons plusieurs dimensions du bien-être, y compris ses composants dits évaluatifs, émotionnels, eudémoniques et sociaux, avec le développement d’un sens d’efficacité politique (Étude 1), la participation politique électorale et non-électorale (Études 2 et 3) et le choix de vote pour la droite populiste (Étude 4). Ces quatre études révèlent que le bien-être peut s’avérer comme un déterminant majeur des orientations politiques, décisions de participation et du choix de vote. Ainsi, avec cette recherche nous exposons le rôle primordial que joue le bien-être à chaque étape du façonnement de l’individu qui s’engage dans la politique et la formulation de ses préférences. Les implications de ces résultats sont majeures, autant pour la discipline que pour la société, en vue de mieux comprendre la persistance d’inégalités politiques dans les démocraties de nos jours, révéler les sources d’instabilité de la démocratie et du soutien aux idées politiques illibérales, ainsi qu’éclairer les origines des menaces à la démocratie libérale contemporaine. De ce fait, le bien-être apparaît en tant qu’un sujet majeur pour l’avenir de la recherche en sciences politiques.
Create date
25/03/2021 18:33
Last modification date
07/05/2021 7:09
Usage data