Un carnaval masqué ou la parodie de la parodie : Le carnaval alternatif de Cologne

Details

Serval ID
serval:BIB_4ECBDCE988E5
Type
Article: article from journal or magazin.
Collection
Publications
Institution
Title
Un carnaval masqué ou la parodie de la parodie : Le carnaval alternatif de Cologne
Journal
Théâtre/Public
Author(s)
Salzbrunn Monika
ISBN
978-2-84260-888-0
Publication state
Published
Issued date
01/07/2022
Peer-reviewed
Oui
Number
244
Pages
66-73
Language
french
Abstract
La distinction entre carnaval officiel, géré par un comité de fête, et effervescence incontrôlée de la fête populaire, est-elle encore pertinente ? De nos jours, la distinction qui ferait davantage sens porterait sur l'objet des mascarades et déguisements. Dans les carnavals rhénans, le carnaval est toujours l'occasion de jouer avec l'altérité en revêtant la peau d'un autre : se moquer des forces de l'ordre, notamment des soldats de la ville, prendre la place des forces politiques en occupant la Mairie, renverser les rapports de pouvoir en devenant prince, princesse, clown ou diable caractérise le carnaval de Cologne. Au fil des siècles, les soldats moqueurs, devenus les plus grands corps officiels du carnaval, prenaient cependant des allures de corps militaire avec une hiérarchie et organisation très stricte. Cette évolution engendra l'émergence de nouvelles parodies de la parodie, comme les étincelles roses ou la "Stattgarde" (littéralement "la garde à la place de"), qui sont des groupes gays devenus si populaires qu'ils ont à leur tour été incorporés dans le carnaval officiel.
De la même manière, le carnaval des sans-papiers de Cologne clôt les festivités par la parodie du rituel de clôture officiel, le brûlage du "Nubbel", un bonhomme en paille accroché au-dessus de la porte du bistro de quartier puis devenu bouc émissaire jugé par un faux curé. Le pouvoir de transgression du carnaval alternatif rhénan se manifeste notamment par sa capacité de faire entrer des sujets politiques (situation des réfugiés, droit des homosexuel.le.s etc.) dans les chansons et discours du carnaval officiel. Ce dernier se positionne toujours dans une optique cosmopolite et hostile à l’extrême-droite, de sorte que les événements de la nuit de Saint-Sylvestre 2015 n’ont pas été exploités à des fins xénophobes.
Create date
10/05/2022 17:20
Last modification date
05/07/2022 6:35
Usage data