Rôle de l’IRM et des séquences cinétiques dans le bilan préopératoire des tumeurs de l’oesophage

Details

Ressource 1Download: thèse-HL-OK.pdf (4515.56 [Ko])
State: Public
Version: After imprimatur
License: Not specified
Serval ID
serval:BIB_459DC6C91223
Type
PhD thesis: a PhD thesis.
Collection
Publications
Institution
Title
Rôle de l’IRM et des séquences cinétiques dans le bilan préopératoire des tumeurs de l’oesophage
Author(s)
Haefliger Laura
Director(s)
Dromain Clarisse
Institution details
Université de Lausanne, Faculté de biologie et médecine
Publication state
Accepted
Issued date
2023
Language
english
Abstract
Le cancer de l’œsophage est le 6ème cancer le plus fréquent à travers le monde. Son traitement est décidé en fonction de son stade initial selon la classification TNM. La stadification locale de la tumeur nommée « T-staging » est très importante surtout pour les patients qui pourraient bénéficier d’une chirurgie.
Actuellement l’écho-endoscopie (EUS) et le CT scanner sont les examens de choix pour l’évaluation du stade loco-régional de la tumeur. L’IRM est néanmoins de plus en plus utilisée grâce à sa meilleure résolution tissulaire, sa technique moins invasive que l’EUS, et ses résultats plus complets lors de sténose œsophagienne sévère (le passage de l’endoscope pouvant être limité). Il est également possible d’utiliser des séquences IRM cinétiques afin étudier la mobilité et la motilité intrinsèque des organes, comme lors d’examen cardiaque. Dans le système digestif supérieur, ces séquences ont été étudiées principalement pour les anomalies du péristaltisme œsophagien.
Dans notre étude, nous avons utilisé les séquences cinétiques pour étudier le mouvement de la tumeur par rapport aux organes adjacents (le cœur, la trachée et les bronches, la plèvre, l’aorte et le diaphragme). Les anomalies de la mobilité entre la tumeur et les structures adjacentes sont un indicateur de l’infiltration tumorale des structures.
En évaluant dans un premier temps les séquences statiques puis en ajoutant à l’analyse les séquences cinétiques, nous avons montré dans ce travail que l’imagerie de la tumeur œsophagienne par l’IRM permet un T-staging fiable. L’ajout des séquences cinétiques est une plus-value, et permet une meilleure distinction entre les tumeurs de stade avancé, avec une confiance diagnostique accrue et une meilleure concordance entre les radiologues sur le stade tumoral.
--
Objectives: To evaluate the added value of cine MR in addition to static MRI for T-Staging assessment of esophageal cancer (EC).
Materials and methods: This prospective monocentric study included 54 patients (mean age 66.3 ± 9.4 years, 46
men) with histologically proven EC. They underwent MRI on a 3 T-scanner in addition to the standard workup. Acquisitions included static and cine sequences (steady-state-free-precession and real-time True-FISP during water ingestion). Three radiologists independently assessed T-staging and diagnosis confidence by reviewing (1) static sequences (S-MRI) and (2) adding cine sequences (SC-MRI). Inter-reader agreement was performed. MRI T- staging was correlated to reference standard T-staging (histopathology or consensus on endoscopic ultrasonog- raphy and imaging findings) and to clinical outcome by log-rank test.
Results: Both S-MRI and SC-MRI T-staging showed a significant correlation with reference T-staging (rs = 0.667, P < 0.001). SC-MRI showed a slightly better performance in distinguishing T1-T3 from T4 with a sensitivity, specificity and AUC of 76.5% (95% CI: 50.1–93.2), 83.8% (68–93.8) and 0.801 (0.681–0.921) vs 70.6% (44–89.7), 83% (68–93.8) and 0.772 (0.645–0.899) for S-MRI. Compared to S-MRI, SC-MRI increased inter- reader agreement for T4a and T4b (κ = 0.403 and 0.498) and T-staging confidence.
Conclusion: MRI is accurate for T-staging of EC. The addition of cine sequences allows better on between T1-T3 and T4 tumors with increased diagnostic confidence and inter-reader agreement.
Create date
29/11/2023 12:30
Last modification date
07/12/2023 9:33
Usage data