Les traitements symptomatiques de la maladie d'Alzheimer : analyse descriptive des modalités de prescription en EHPAD [Symptomatic treatment of Alzheimer's disease: Descriptive analysis of prescribing modalities in EHPAD residents].

Details

Serval ID
serval:BIB_41F2D7EA2391
Type
Article: article from journal or magazin.
Collection
Publications
Title
Les traitements symptomatiques de la maladie d'Alzheimer : analyse descriptive des modalités de prescription en EHPAD [Symptomatic treatment of Alzheimer's disease: Descriptive analysis of prescribing modalities in EHPAD residents].
Journal
Neurologie - Psychiatrie - Gériatrie
Author(s)
Maire S, Lang PO, Kaltenbach G, Vogel T
ISSN
1627-4830
ISSN-L
1627-4830
Publication state
Published
Issued date
2013
Peer-reviewed
Oui
Volume
13
Number
78
Pages
355-64
Language
french
Abstract
Fin 2011, la Haute Autorité de santé a publié ses recommandations en matière d'utilisation des 3 inhibiteurs de l'acétylcholinestérase (IAChe-donépézil, rivastigmine et galantamine) et de la mémantine pour la prise en charge médicamenteuse de cette maladie. Dans cette étude, nous avons évalué le suivi de ces recommandations dans 5 établissements d'hébergements pour personnes âgées (EHPAD) de la région de Mulhouse (Alsace, France). Sur les 402 résidents identifiés, l'absence de troubles cognitifs dans le dossier médical est retrouvée dans 191 cas (47,5 %). Parmi les 211 cas de démence (52,5 %), un tiers était des maladies d'Alzheimer (MA ; 35,6 %), 15,2 % des démences mixtes ou plurifactorielles et 13,7 % des démences vasculaires. Dans un tiers des cas (29,9 %), le diagnostic n'était pas précisé. L'historique des prescriptions des 402 résidents a permis d'identifier 86 ordonnances contenant au moins un traitement spécifique de la MA (21,4 %). Ce traitement était toujours prescrit le jour de l'enquête chez 65 d'entre eux (16,2 %). Une prescription appropriée (mono-prise journalière, bonne dose et bonne indication en fonction du diagnostic et du stade) n'était observée que dans 55,9 % des cas pour la mémantine et 52,3 % des cas pour les IAChE. Vingt-neuf ordonnances (49,2 %) étaient conformes aux recommandations de l'HAS. En ne prenant en considération que la dose journalière prescrite, alors 25 ordonnances (42,4 %) étaient en adéquation avec les recommandations. En d'autres termes, près d'une ordonnance sur 2 (44,1 %) relevait d'un mésusage. Les 21 arrêts de prescription concernaient pour 9 un IAChE, 8 la mémantine et les 4 autres étaient représentés par une bithérapie (IAChE et mémantine). Si dans 48,0 % des cas la cause était un stade trop avancé de la maladie, dans 19 % des cas elle n'a pas été retrouvée.
At the end of 2011, the High Health Authority (HAS) had published its prescribing recommendations for three acetylcholinesterase inhibitors (IAChe-donepezil, rivastigmine and galantamine) and memantine for the therapeutic management of this condition. In this study, we have focused particularly on assessing the practical application of these recommendations in five EHPAD of the Mulhouse surrounding area (Alsace, France). Of the 402 residents identified, the absence of cognitive impairment in the medical record was found in 191 cases (47.5%). Among the 211 cases of dementia (52.5%), one third was AD (35.6%), 15.2% mixed or multifactor dementia and 13.7% of vascular origin. In one third of cases (29.9%) the diagnosis was not specified. The history of prescription of the 402 residents identified 86 prescriptions containing at least one specific treatment of AD (21.4%). This treatment was still prescribed on the day of the survey in 65 patients (16.2%). Appropriate prescription (mono-dose daily and right dosage in terms of diagnosis and stage) was observed in 55.9% of cases for memantine and 52.3% of cases for IAChE. Twenty-nine prescriptions were consistent (49.2%) with the recommendations of the HAS. By taking into account the prescribed daily dose then only 25 (42.4%) were in line with the recommendations. In other words, nearly one prescription out of 2 (44.1%) represented misuse. The 21 prescriptions stopped concerned IAChE for 9, memantine for 8 and the remaining 4 by combination therapies (IAChE and memantine). Although in 48.0% of cases the main reason was a too advanced stage of the disease, in 19.0% it was not found.
Create date
15/04/2015 9:13
Last modification date
03/03/2018 16:34
Usage data