Rôle du Virus de l’Herpès Simplex humain (HSV) dans les affections des voies respiratoires basses

Details

Ressource 1Download: Mémoire no 5737 M. Perez.pdf (778.24 [Ko])
State: Public
Version: After imprimatur
License: Not specified
Secondary document(s)
Download: Mémoire no 5737 Annexes M. Perez.pdf (541.21 [Ko])
State: Public
Version: author
License: Not specified
Serval ID
serval:BIB_39AFAD413C2F
Type
A Master's thesis.
Publication sub-type
Master (thesis) (master)
Collection
Publications
Institution
Title
Rôle du Virus de l’Herpès Simplex humain (HSV) dans les affections des voies respiratoires basses
Author(s)
PEREZ N.
Director(s)
MEYLAN P.
Codirector(s)
OPOTA O.
Institution details
Université de Lausanne, Faculté de biologie et médecine
Publication state
Accepted
Issued date
2018
Language
french
Number of pages
29
Abstract
Contexte
Le Virus de l'Herpès Simplex humain (HSV) est un virus à ADN double brin de la famille des
Herpesviridae. Il est associé à une maladie contagieuse caractérisée par des lésions
vésiculaires de la peau et/ou des muqueuses douloureuses devenant rapidement croûteuses.
Lors de la primo-infection, le virus pénètre l'épithélium. Cette phase est souvent
asymptomatique et il n'est pas rare qu'elle passe inaperçue. Le virus établit une latence dans
les ganglions nerveux, en remontant les tracts nerveux sensitifs, et le patient est à risque de
faire une réactivation dès cette période. Bien que la plupart des lésions herpétiques se limitent
lors de la réactivation à la zone labiale ou génitale, on peut observer des lésions dans d'autres
organes. De fait, l'implication de HSV dans les infections des voies respiratoires basses est
un sujet actuellement très controversé. En effet, bien qu’il soit parfois retrouvé dans des
prélèvements des voies respiratoires basses, son rôle pathogène à ce niveau reste peu clair.
Objectifs
Ce travail vise à étudier la clinique que présentent les patients infectés par HSV et pour
lesquels un prélèvement des voies respiratoires basses s'est avéré positif pour ce virus. Nous
voulons déterminer s’il existe une relation entre la charge virale et l'importance des signes et
symptômes que les patients présentent.
Méthodologie
Nous avons extrait les données démographiques et cliniques de patients dont des
prélèvements respiratoires ont révélé la présence de HSV. Puis, nous avons étudié la relation
entre la charge virale retrouvée et l’état clinique du patient. Nous nous sommes intéressés à
la durée d’hospitalisation, du séjour en soins intensifs (SI) et d’intubation si présents, signes
de morbidité importante chez ces patients. Nous nous sommes également intéressés à la
description macroscopique des voies respiratoires lors de la bronchoscopie et à l’examen
cytologique du liquide de lavage broncho-alvéolaire ou de l’aspiration bronchique, aux comorbidités,
aux traitements administrés et à la survenue d’un décès durant l’hospitalisation.
Résultats
La distribution des prélèvements en fonction de la charge semble dessiner une courbe
bimodale. Il semble qu’une tendance non-significative à une corrélation entre une charge virale
élevée et une durée d’hospitalisation, de séjour aux SI et d’intubation puisse être mis en
évidence. Toutefois, les patients qui sont passés par les soins intensifs et qui ont été intubés
présentent en moyenne de manière significative une charge virale plus élevée. Il faut noter
également une relation entre charge élevée et status bronchoscopique inflammatoire, avec ou
sans sécrétions purulentes. Les patients ayant reçu de l’acyclovir ont présenté des durées
d’hospitalisation, de séjour aux SI et d’intubation globalement plus longues, bien que chez
ceux ayant eu deux prélèvements, il semble que la charge virale ait diminué après la mise en
place du traitement. Aucune relation avec la mortalité n’a pu être démontré.
Conclusions
Une relation entre une charge virale élevée, un status inflammatoire et une morbidité
importante se dessine. Il se pourrait que les petites charges correspondent à une simple
contamination, vraisemblablement par broncho-aspiration, et que les charges plus élevées
soient liées à la clinique du patient. La question de la pathogénicité reste toutefois entière :
HSV est-il l’agent étiologique responsable, ou un simple marqueur de sévérité chez des
patients déjà en état critique ? L’inflammation précède-t-elle ou est-elle induite par la charge
virale élevée ? Le traitement d’acyclovir semble ne pas avoir de bénéfice sur le devenir des
patients, mais ceci nécessiterait une étude prospective randomisée, de type test
thérapeutique, afin d’obtenir des conclusions plus fermes quant à l’intérêt d’un traitement, et
par ce biais de confirmer ou non la pathogénicité de HSV.
Keywords
Herpès simplex virus, Voies respiratoires basses, Charge virale, Impact clinique
Create date
02/09/2019 15:24
Last modification date
08/09/2020 6:08
Usage data