Comparison of five different risk scores to predict incident type 2 diabetes in the Swiss HIV cohort study

Details

Request a copy
Serval ID
serval:BIB_32F2781DE055
Type
PhD thesis: a PhD thesis.
Collection
Publications
Institution
Title
Comparison of five different risk scores to predict incident type 2 diabetes in the Swiss HIV cohort study
Author(s)
BLONDET Fanny
Director(s)
Méan Marie
Institution details
Université de Lausanne, Faculté de biologie et médecine
Publication state
Accepted
Issued date
2023
Language
english
Abstract
Au cours de la dernière décennie, le nombre de personnes vivant avec le VIH (PWIH) sous traitement antirétroviral (ART) a considérablement augmenté dans le monde. En décembre 2020, environ 27,5 millions de personnes vivant avec le VIH dans les pays en développement suivaient un traitement antirétroviral, contre seulement 7,8 millions en 2010. Par conséquent, la mortalité globale due au VIH a diminué et les PVVIH souffrent de plus en plus du fardeau supplémentaire des maladies non transmissibles. En effet, les PVVIH sont deux à quatre fois plus susceptibles de développer un diabète
de type 2 (DT2) par rapport à la population générale. Une étude menée en 2011 a identifié jusqu'à
145 modèles ou scores de risque de DT2. Cependant, à ce jour une seule étude a été publié sur la performance du score DT2 chez les PVVIH.
Notre objectif était d'évaluer la capacité de cinq scores cliniques: le score de Kraege, le FINDRISC versions 1 et 2, le score de l'Association Suisse du Diabète (SDA) et le score de risque clinique de Balkau dans la prédiction du DT2 chez les PVVIH. Pour cette analyse, nous avons inclus tous les participants de la SCHS pendant la période allant du 1er janvier 2009 et le 31 décembre 2019. Par la suite nous avons exclu les participants atteints d'un diabète de type 1 ou type 2 ainsi que les participants pour lesquels il manquait une ou plusieurs des variables utilisées dans les scores. Cela représente 25,5% de l'échantillon total. Au final nous avons analysé les données de 3853 participants.
Sur une durée médiane de suivi de 4,8 ans (intervalle interquartile 2,2-7,8), 62 participants (1,6 %) ont développé un DT2, ce qui correspond à un taux d'incidence de 3,18 pour 1 000 PYFU (IC à 95 % : 2,47-4,08).
En analyse bivariée, les participants qui ont développé un DT2 étaient significativement plus âgés (>55 ans : 33,9 % contre 9,8 %), d'origine ethnique noire (27,4 % contre 16,4 %), ont plus fréquemment signalé des antécédents familiaux des diabéte (32,3 % contre 19,1%), avaient des marqueurs d'obésité plus élevés (IMC 30 kg/m2 : 22,6 % contre 7,4 %), avaient une hypertension (72,6 % contre 46,1 %) et une durée de traitement antirétroviral plus longue (115 contre 95 mois) que les participants restés indemnes de DT2.
L'aire sous la courbe pour l'incidence du DT2 variait entre 0,7219 (Kraege) et 0,812 (Balkau, FINDRISC2, SDA). La sensibilité variait entre 3,2 % (Balkau) et 67,7 % (FINDRISCl) et la spécificité entre 80,9 % (FINDRISCl) et 98,3 % (Balkau). Les valeurs prédictives positives de tous les scores étaient inférieures à 20 %, tandis que les valeurs prédictives négatives étaient supérieures à 98 %.
En conclusion, le score de FINDRISC2 ainsi que celui de Balkau pourraient être utilisés pour exclure les PVVIH à faible risque de développer un diabète, permettant ainsi aux médecins de réduire le temps consacré à la mise en œuvre des mesures de prévention du DT2 chez ces patients. Il est important de souligner toutefois qu'une validation externe dans d'autres cohortes de PVVIH doit être entreprise avant de généraliser l'un de ces outils. De plus à notre connaissance et à ce jour, il s'agit de la première étude publiée comparant cinq scores de risque de diabète dans une population mixte (femme et homme) vivant avec le VIH, avec un suivi relativement long.
Create date
30/08/2023 10:04
Last modification date
31/08/2023 7:00
Usage data