Evaluation qualitative d'un protocole de sédation lors d'IRM pédiatrique : état des lieux, implications pratiques et évaluation des besoins en anesthésie générale.

Details

Ressource 1Download: These_VF_impression_0606-OK.pdf (4268.90 [Ko])
State: Public
Version: After imprimatur
Serval ID
serval:BIB_29803B911ED3
Type
PhD thesis: a PhD thesis.
Collection
Publications
Institution
Title
Evaluation qualitative d'un protocole de sédation lors d'IRM pédiatrique : état des lieux, implications pratiques et évaluation des besoins en anesthésie générale.
Author(s)
Spigariol Fabian
Director(s)
Laubscher Bernard
Institution details
Université de Lausanne, Faculté de biologie et médecine
Address
Faculté de biologie et de médecine
Université de Lausanne
CH-1015 Lausanne
SUISSE

Publication state
Accepted
Issued date
2018
Language
french
Abstract
Introduction
La réalisation d’une IRM pédiatrique exempte d’artefacts de mouvements est un challenge pour les équipes pédiatriques et radiologiques. Le but de cette étude était d’évaluer l’efficience d’un protocole de sédation pédiatrique institutionnel utilisant de l’hydrate de chloral p.o et du midazolam i.v afin d’améliorer la pratique et d’identifier d’éventuels besoins en anesthésie générale.
Matériel et méthode
Etude observationnelle prospective évaluant le succès, la qualité, les sources d’échecs et les effets indésirables éventuels de toutes les sédations administrées selon un protocole institutionnel lors d’IRM pédiatriques sur une période de 2 ans. Une analyse financière des examens ambulatoires a permis d’évaluer l’efficience du protocole. Enfin, les investissements, les charges de fonctionnement et les recettes d’IRM pédiatrique sous anesthésie générale ont été projetés et comparés à la sédation en vue d’un éventuel changement de pratique.
Résultats
Parmi les 47/58 (81%) sédations réalisées avec succès, 32/58 (55%) étaient d’excellente qualité et 15/58 (26%) de qualité suffisante. Il n’y avait pas de différences notables liées au poids ou à l’âge de l’enfant. Les échecs de sédation découlaient principalement de réveils survenant lors du transbordement de l’enfant du brancard de transport sur la table d’IRM (17 réveils, dont 7 conduisant à un échec de sédation). Aucun effet indésirable sévère n’a été identifié.
Les charges moyennes globales d’une IRM du neurocrâne sous sédation au sein de l’institution étaient de 771 CHF alors que les recettes facturables étaient de 1034 CHF et 556 CHF en cas de succès respectivement d’échec de sédation.
Discussion
En identifiant les réveils survenant lors du transbordement sur la table d’IRM comme principale source d’échecs de sédation, notre étude a permis de proposer une adaptation de la prise en charge avec l’acquisition d’un matelas de transport IRM-compatible qui devrait permettre de minimiser les stimulations et de ne pas réveiller les enfants à ce stade. L’analyse financière a démontré que la sédation était financièrement bénéficiaire pour l’institution, le taux de succès minimal garantissant l’équilibre financier étant de 44%. L’instauration d’IRM sous anesthésie générale impliquerait des coûts d’investissement et d’exploitation importants qui ne pourraient être couverts par les recettes qu’en augmentant fortement l’activité ou en utilisant le matériel d’anesthésie IRM-compatible conjointement avec la médecine adulte.
Conclusion
Bien que suboptimal en termes de qualité de sédation et d’organisation, notre protocole de sédation s’est avéré simple d’emploi, économique, sécuritaire et perfectible. Adapté du nourrisson à l’enfant en âge scolaire, un protocole de sédation amélioré nous semble plus efficient que l’implémentation d’IRM pédiatrique sous anesthésie générale.
Create date
23/08/2018 11:39
Last modification date
20/08/2019 13:09
Usage data