Attachement et mentalisation chez l'ancien prématuré âgé de 4 et 11 ans: lien avec les interactions précoces

Details

Ressource 1Download: Mémoire no 4365 Mme Eienberger.pdf (433.23 [Ko])
State: Public
Version: After imprimatur
License: Not specified
Serval ID
serval:BIB_2685FE6FCE74
Type
A Master's thesis.
Publication sub-type
Master (thesis) (master)
Collection
Publications
Institution
Title
Attachement et mentalisation chez l'ancien prématuré âgé de 4 et 11 ans: lien avec les interactions précoces
Author(s)
EIENBERGER B.
Director(s)
HALFON O.
Codirector(s)
BORGHINI A.
Institution details
Université de Lausanne, Faculté de biologie et médecine
Publication state
Accepted
Issued date
2017
Language
french
Number of pages
25
Abstract
De nombreuses études durant ces dernières décennies ont montré que les enfants nés
prématurés sont plus à risque de développer des difficultés de régulation émotionnelle en
grandissant(1)(2), qui se traduisent notamment par des problèmes de comportement. Le but de
la présente étude est d'analyser si la qualité de l’attachement de l'enfant au cours de l’enfance
est en lien avec la prématurité et les problèmes de comportement présentés par l’enfant. Pour
ce faire, cette étude réunit 28 enfants nés grands prématurés (< 33 semaines) et 20 enfants
témoins nés à terme qui ont été suivis à quatre et onze ans avec leurs parents.
Ce travail est issu d’une étude longitudinale menée de la naissance jusqu’à l’âge de
onze ans. Ces enfants ont été suivis à six et dix-huit mois, puis à quatre et onze ans. Les
résultats après six et dix-huit mois de vie corrigée ont déjà été publiés précédemment(3). A
quatre et onze ans, des entretiens ont été menés avec l’enfant dans le but qu’il s’exprime sur
des événements auxquels il a été confronté (à la maison, à l’école, avec ses amis etc.) et les
émotions ressenties lors d’événements particuliers (réussite, échec, décès, etc). Les parents
ont également participé en répondant à un questionnaire. Trois instruments de codage ont été
utilisés pour coder ces informations et en tirer la qualité de l’attachement et les éventuels
problèmes de comportement chez l’enfant : la CAME, le CBCL et le CCH.
Les résultats de cette étude révèlent que, dans cet échantillon, la prématurité n’a que
peu d’impact sur la qualité du type d’attachement que l’enfant établit avec sa mère, et que les
problèmes de comportement ne sont pas significativement plus élevés chez les anciens
prématurés. La capacité de mentalisation de l’enfant prématuré âgé de quatre et onze ans est
la même que chez l’enfant né à terme. Des corrélations significatives entre un attachement de
type insécure et des problèmes de comportement internalisés sont constatés chez l’enfant
contrôle âgé de quatre ans, ce qui est attendu selon la littérature, mais ces liens ne sont pas
observés dans le groupe des prématurés.
Dans notre échantillon, il semble que la prématurité n’entraine pas de différence sur le
plan émotionnel et comportemental au cours de l’enfance, à quatre et onze ans. Cette étude ne
vérifie pas l’hypothèse selon laquelle les capacités de mentalisation seraient moindres chez les
prématurés. Les différences décrites dans la littérature chez l’enfant en bas âge ne se
retrouvent pas dans notre échantillon à la pré-adolescence. Il est cependant intéressant de
constater que des liens habituels entre le comportement et la qualité de l’attachement ne se
retrouvent pas dans cette population spécifique.
Keywords
Prématurité, mentalisation, attachement, comportement
Create date
06/09/2018 10:37
Last modification date
08/09/2020 6:08
Usage data