EMOTIONAL PROCESSING AND ANXIETY IN PATIENTS WITH MILD COGNITIVE IMPAIRMENT AND HEALTHY OLDER ADULTS

Details

Ressource 1 Sous embargo indéterminé.
State: Public
Version: After imprimatur
License: Not specified
Serval ID
serval:BIB_201017C4A3A5
Type
PhD thesis: a PhD thesis.
Collection
Publications
Institution
Title
EMOTIONAL PROCESSING AND ANXIETY IN PATIENTS WITH MILD COGNITIVE IMPAIRMENT AND HEALTHY OLDER ADULTS
Author(s)
BLAKE YVONNE
Director(s)
Stoop Ron
Codirector(s)
van Honk Jack
Institution details
Université de Lausanne, Faculté de biologie et médecine
Publication state
Accepted
Issued date
2019
Language
english
Abstract
Mild Cognitive Impairment (MCI) describes an age-related alteration of cognitive functioning which lies between healthy aging and dementia. Alongside cognitive deficits, patients with MCI frequently experience behavioural and psychological symptoms (BPS) such as anxiety. A number of authors have drawn a link between BPS and altered emotional processing in MCI. Furthermore, anxiety and emotional dysregulation may be linked to amygdala degeneration in patients who experience MCI due to early Alzheimer’s Disease (AD). To date, most experimental investigations into emotional processing in MCI have focussed on static emotion recognition or the enhancement of memory by emotion. These studies leave a number of open questions and tell us little about implicit emotional functioning in MCI.
We aimed to investigate whether emotional processing is dysregulated in MCI patients relative to healthy elderly controls, and whether this might be linked to anxiety symptoms in these patients. To this end, we compared the performance of MCI patients and controls on four different tasks. The first two tasks, the threat and escape task and the gaze cueing task, assessed implicit physiological and implicit behavioural fear reactivity respectively. For the latter, we also used voxel-based morphome- try to examine the link between fear reactivity and amygdala volume in a subset of MCI patients with positive biomarkers for AD. The third task assessed static and dynamic facial emotion recognition, and the fourth the influence of emotion on episodic memory.
We found no differences between MCI patients and controls in physiological fear reactivity. We also found largely similar performance between the two groups on the gaze cueing task, though control participants oriented their gaze to a peripheral target more quickly after the presentation of a fearful face than a happy face, whereas MCI patients showed the opposite pattern. We found evidence of reduced amygdala volume in MCI patients with positive AD biomarkers, however, this was not linked to their performance on the gaze cueing task. Next, we showed for the first time that MCI patients exhibit deficits in recognising dynamic facial emotions of various intensity levels, and that these def- icits are similar to those they show in static emotion recognition. We demonstrated that MCI patients spent less time looking at the eye-region of static faces than control participants, though this was not the case for dynamic faces. Finally, although episodic memory is impaired in MCI patients relative to control participants, we provide the first evidence that emotional enhancement of narrative memory remains intact in MCI. MCI patients’ anxiety levels were not related to their performance on any of these tasks.
Taken together, these results suggest that emotional processing is not dysregulated in MCI patients, and significant differences between patients and controls arise chiefly on the latter two tasks, which load heavily on cognitive abilities. Furthermore, neither anxiety nor amygdala degeneration in MCI seem to be linked to changes in emotional processing in these patients.
--
Le terme trouble cognitif débutant (TCD) décrit une altération du fonctionnement cognitif lié à l’âge qui se situe entre le vieillissement en bonne santé et la démence. Parallèlement aux déficits cognitifs, les patients atteints d’un TCD présentent fréquemment des symptômes comportementaux et psycho- logiques (SCP) comme l'anxiété. Un certain nombre d'auteurs ont proposé un lien entre les SCP et une capacité altérée à traiter des émotions chez les patients TCD. Il est aussi possible que l’anxiété et la dérégulation émotionnelle soient liées à une dégénérescence de structures cérébrales comme l’amygdale, qui se dégradent chez les patients atteints d’un TCD lié à une forme précoce de la maladie d’Alzheimer (MA). À ce jour, la plupart des études expérimentales sur le traitement des émotions dans le TCD se sont concentrées sur la reconnaissance des émotions statiques (visages fixes) ou sur l'amélioration de la mémoire par les émotions. Ces études laissent toutefois de nombreuses questions en suspens et nous informent peu sur le fonctionnement des émotions implicites chez les patients avec un TCD.
Nous avons cherché à approfondir les évidences d’une dérégulation émotionnelle chez les patients TCD par rapport aux personnes âgées en bonne santé (contrôles), et si cela pouvait être lié aux symp- tômes d'anxiété chez ces patients. À cette fin, nous avons comparé les performances des patients TCD et des contrôles dans quatre tâches différentes. Les deux premières tâches, qui était une tâche de menace et d’évitement, et une tâche de suivi du regard, évaluaient respectivement des réponses émo- tionnelles physiologiques et des réponses émotionnelles comportementales aux stimuli liés à la peur. Pour la tache de suivi du regard, nous avons également utilisé la morphométrie voxel à voxel pour examiner le lien entre la réactivité à la peur et le volume de l'amygdale dans un sous-ensemble de patients atteints de TCD et présentant des biomarqueurs positifs pour la MA. La troisième tâche éva- luait la reconnaissance des émotions faciales statiques et dynamiques (visages animés), et la qua- trième tâche évaluait l’influence de l’émotion sur la mémoire épisodique.
Nous n'avons trouvé aucune différence entre les patients TCD et les contrôles en termes de réactivité physiologique à la peur. Nous avons également constaté des performances largement similaires entre les deux groupes sur la tâche de suivi du regard. Toutefois, les participants contrôles orientaient plus rapidement leur regard vers une cible périphérique après la présentation d'un visage exprimant la peur que d'un visage exprimant la joie, contrairement aux patients TCD. Nous avons trouvé évidence d’une réduction du volume de l'amygdale chez les patients TCD présentant des biomarqueurs de MA posi- tifs, mais cela n'était pas lié à leur performance sur la tâche de suivi du regard. Ensuite, nous avons montré pour la première fois que les patients TCD affichaient des déficits de reconnaissance des émotions faciales dynamiques de niveaux d’intensité variés, et que ces déficits étaient similaires à ceux qu’ils ont pu présenter dans la tâche de reconnaissance des émotions statiques. De plus, les patients TCD prenaient moins de temps que les contrôles pour examiner la région des yeux des vi- sages statiques, alors que ce n’était pas le cas pour les visages dynamiques. Enfin, bien que la mé- moire épisodique soit altérée chez les patients TCD par rapport aux contrôles, nous fournissons la première preuve que le renforcement émotionnel de la mémoire narrative reste intact dans des TCD. Les niveaux d’anxiété des patients TCD n’étaient liés à leur performance dans aucune de ces tâches.
Pris ensemble, ces résultats suggèrent que le traitement émotionnel n'est pas dérégulé chez les patients TCD et que les différences significatives entre les patients et les contrôles proviennent principalement dans deux dernières tâches, qui dépendent des capacités cognitives. De plus, ni l'anxiété ni le volume de l’amygdale présent dans le TCD ne semblent être liées à des modifications du traitement émotion- nel chez ces patients.
Keywords
Mild Cognitive Impairment, emotional processing, anxiety, amygdala, implicit emotional reactivity, facial emotion recognition, enhancement of memory by emotion.
Create date
07/01/2020 12:11
Last modification date
04/08/2020 6:08
Usage data